Les réseaux sociaux conduisent davantage les filles que les garçons à la dépression | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Les réseaux sociaux conduisent davantage les filles que les garçons à la dépression

Un écart significatif a été observé, et ce pour plusieurs raisons.

Une étude britannique suggère qu'il existe une corrélation entre une utilisation intensive des réseaux sociaux et l'apparition de symptômes de la dépression chez les adolescentes et adolescents. Elle se révèle même être plus importante pour les filles que pour les garçons.

«La différence est alarmante», souligne Yvonne Kelly, autrice de la recherche et professeure d'épidémiologie et de santé publique au University College de Londres. Parmi les jeunes qui passent au moins cinq heures par jour sur les réseaux sociaux, l'étude a...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…