Le crime était presque parfait : l’archéologie au secours de la médecine légale ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Le crime était presque parfait : l’archéologie au secours de la médecine légale ?

À l’occasion d’un colloque, une archéologue et un médecin légiste racontent le fruit de leur collaboration, qui va à l’encontre des pratiques françaises
À l’occasion d’un colloque, une archéologue et un médecin légiste racontent le fruit de leur collaboration, qui va à l’encontre des pratiques françaises.

 

Après une grande marée, sur la plage abandonnée, un squelette semble attendre les enquêteurs, agrippé de toutes ses phalanges à une touffe d’algues. Voilà qui ressemble diablement à une scène de Bones, la série où, en quarante-cinq minutes chrono, une anthropologue rigide et un agent du FBI à mâchoire carrée traquent les meurtriers avec pour tout indice trois miettes de tibia… Sauf que nous ne sommes pas à Washington DC, mais en Bretagne, sur le sable de l’île de Houat, au large de Quiberon. Et qu’après avoir été glissés sous scellés par la gendarmerie locale, les ossements ont atterri sur une paillasse du CHU de Nantes, où ils ont été pris en charge par Élodie Cabot, archéo-anthropologue, et Guillaume Visseaux, médecin légiste.

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…