Instagram et les dysmorphobiques, c'est "je t'aime moi non plus" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Instagram et les dysmorphobiques, c'est "je t'aime moi non plus"

Le réseau social peut aggraver les troubles de l’apparence ou favoriser leur guérison.

"Je sais qu’Instagram c’est cool et j’ai l’air de montrer que ça va, mais c’est souvent une énorme source de triggers [éléments susceptibles de heurter la sensibilité]." En octobre 2018, la chanteuse Cœur de Pirate a révélé comment le réseau social agissait comme un amplificateur de son trouble dysmorphobique.

La dysmorphobie est un trouble psychologique qui crée une préoccupation obsessionnelle sur des parties de son corps que la personne qui en souffre considère comme des défauts. En général, le...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…