Lombalgie : rechercher des facteurs de risque de chronicité | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-
FMC : Les 10 points clés

Lombalgie : rechercher des facteurs de risque de chronicité

Les lombalgies représentent un motif fréquent de consultation en médecine générale, et le coût de leur prise en charge est considérable.

2.

Il est essentiel, devant des lombalgies, de rechercher des signes d’alerte orientant vers une pathologie sous-jacente. Ces signes d’alerte sont :
– douleur de type non mécanique : douleur d’aggravation progressive, présente au repos et en particulier durant la nuit ;
– symptôme neurologique étendu (déficit dans le contrôle des sphincters vésicaux ou anaux, atteinte motrice au niveau des jambes, syndrome de la queue de cheval) ;
– paresthésie au niveau du pubis (ou du périnée) ;
– traumatisme important (tel qu’une chute de hauteur) ;
– perte de poids inexpliquée ;
– antécédent de cancer ;
– usage de drogue intraveineuse, ou usage prolongé de corticoïdes ;
– déformation structurale importante de la colonne ;
– douleur thoracique (rachialgies dorsales) ;
– âge d’apparition inférieur à 20 ans ou supérieur à 55 ans ;
– fièvre ;
– altération de l’état général.

Référence

- HAS. 4 avril 2019. Prise en charge du patient présentant une lombalgie commune.

Le Dr Guy Scémama déclare n’avoir aucun lien d’intérêts concernant les données présentées dans cet article.

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…