Rhinite allergique | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-
FMC : Les 10 points clés

Rhinite allergique

Une prise en charge adaptée est essentielle pour limiter l’aggravation de la rhinite et son évolution vers l’asthme.

1.

La rhinite allergique est la plus fréquente des allergies respiratoires. De 20 à 30 % des Français en souffrent, et ce chiffre est en augmentation constante. L’une des hypothèses de cette évolution est la modification ou l’accroissement de l’agressivité des aéroallergènes par les facteurs d’environnement et notamment les polluants et le tabac. Elle constitue parfois le premier stade d’une affection plus grave, la rhinobronchite allergique, et il existe un risque élevé d’évolution de la rhinite allergique isolée vers l’asthme. La pollinose survient le plus souvent au printemps et en été, en lien avec le calendrier pollinique. Tous âges confondus, les trois plus forts pourvoyeurs de rhinite allergique sont, par ordre décroissant, les acariens de poussière de maison, les pollens de graminées et les chats. La rhinite allergique est associée à d’autres morbidités, comme la conjonctivite.

Référence

- Recommandations pour le diagnostic et la prise en charge de la rhinite allergique (épidémiologie et physiopathologie exclues). SFA et Splf 2010.

Le Dr Julien Briffod déclare n’avoir aucun lien d’intérêts concernant les données présentées dans cet article.

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…