L'accès aux études de médecine plus inégalitaire qu'avant la réforme de la Paces ? La réponse du ministère | egora.fr
PUB
A+ A-

L'accès aux études de médecine plus inégalitaire qu'avant la réforme de la Paces ? La réponse du ministère

n’y aura plus de numerus annuel arbitrairement décidé par les ministères de tutelle mais des "objectifs quinquennaux", qui définissent pour cinq ans le nombre de médecins, sages-femmes, dentistes et pharmaciens à former en fonction des nécessités d’un territoire dans le futur. Ce “numerus apertus”, comme le surnomment les étudiants, sera notamment fixé par les ARS et les collectivités. 

Ainsi, dans la définition des capacités de formation pour la deuxième année de cette année universitaire 2020-2021, il faut ajouter au seuil plancher, une augmentation générale des effectifs. “Donc dans chaque université, le pourcentage de réussite cette année sera supérieur au pourcentage de réussite de l’année dernière puisque qu’il y a le plancher et des places supplémentaires”, résume Christine Ammirati. 

Un discours appuyé par le Pr Nicolas Lerolle, doyen de la faculté de médecine d’Angers et membre du comité de pilotage de la réforme, qui appelle les étudiants, inquiets, à ne pas tout confondre. “Il y a deux choses”, alerte-t-il. “Nous voulons d’abord assurer l’équité d’un accès en filière MMOP promotion après promotion. Il y a évidemment un travail qui va se faire université par université en concertation avec le ministère pour que la deuxième chance de cette promotion, donc après une Las 2, fasse que le total de chances soit identique à ce qu’à eu la promo Paces 2019”, explique le doyen dans un premier temps. “On est des enseignants universitaires avant tout, on a quand même un sens des responsabilités auprès des jeunes. Il n’est pas question de sacrifier une promotion pour faire passer la réforme”, dit-il également, voulant rassurer les candidats.

Mais pour lui, c’est un deuxième point qui inquiète les jeunes qui est source de confusion dans cette problématique des effectifs. “Il y a un souhait, qui n’est pas inscrit dans la loi mais qui est un souhait collectif, d’essayer de désormais faire passer l’essentiel des étudiants en MMOP dès la première chance, plutôt qu’à l’issue de la deuxième chance”, explique-t-il. “Or, cela imposerait, pour assurer l’équité, d’avoir une augmentation très importante des places pendant une année pour qu’aucune des promotions ne soit sacrifiée, avec en plus un nombre de redoublants paces très importants et un nombre de primants Pass/LAS très important également...” . 

A ses yeux, les facultés ne peuvent tout...

17 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…