"De gré ou de force, on lui arrachera" : les internes en grève pour faire plier Véran sur le temps de travail | egora.fr
PUB
A+ A-

"De gré ou de force, on lui arrachera" : les internes en grève pour faire plier Véran sur le temps de travail

être clôturée et qu’“on risque de nous donner raison assez rapidement”. Si le décompte du temps de travail devenait accessible par cette voie, et non par décision politique,“on ne sera plus dans les dispositions de dire : ‘On vous laisse le temps’, comme dans le scénario optimiste, prévient le président de l’Isni. Systématiquement, on poursuivra tous les services et tous les hôpitaux, qui vont se prendre des avalanches, des pluies torrentielles d’amendes. Et ça, ça va saigner l’hôpital public”, poursuit-il. “Ce qui est certain, c’est que s’il faut attendre que les tribunaux obligent les gouvernements à le faire, et le ministre en particulier, nous, on n’aura absolument aucune pitié dans les modalités”.

Si l’appel à la grève est soutenu, assure Gaetan Casanova - par le grand public mais aussi par la profession : les doyens, l’APH, la FMF, l’UFML-S, Jeunes médecins, le SNJAR…, impossible pour lui d’imaginer l’ampleur de la mobilisation. “Difficile de le savoir. Et difficile de penser qu’elle sera majeure, en tout cas pour la manifestation, pour un tas de raisons qui tiennent à la mentalité médicale, au fait que les soignants sont épuisés, qu’il fait beau, qu’ils ne pensent qu’à une chose : partir en week-end, voir leurs proches…”, juge-t-il. Si, pour lui, “il y a sûrement des moments plus opportuns pour augmenter la mobilisation”, peu importe, “c’est le moment”. D’autant qu’il souhaitait que cette grève “ne débute qu’une fois l’épidémie calmée, pour montrer à la population que la priorité, quelles que soient les difficultés, c’est elle. C’est une exigence morale”.

“Au fond, c’est surtout pour marquer, lance Gaetan Casanova. On pourrait être trois pelés dans la rue avec des fleurs, ce serait pareil”, glisse l’interne, qui entretient l’espoir qu’Olivier Véran finisse par mettre en place le décompte d’heures. Il avertit toutefois : “Si on n’est pas entendus, on publiera régulièrement des histoires d’erreurs médicales dues à l’épuisement… Mais j’aimerais qu’on n’en arrive pas là.”

 

18 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…