"Réussir le déconfinement… À quelles conditions ?" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Réussir le déconfinement… À quelles conditions ?"

masques alternatifs, solutions hydro-alcooliques, distances sociales pour tous, immunisés ou pas. Il est (grand) temps d’encourager le port du masque systématique, notamment le masque en tissu lavable, à condition d’expliquer comment l’ôter et le décontaminer. Il ne faut pas non plus dissocier masque et gel hydro-alcoolique et prendre à bras le corps le problème de l’approvisionnement en alcool des officines françaises, afin de permettre la fabrication de solutions hydro-alcooliques en quantités suffisantes sur tout le territoire*.

Nous devons mieux appréhender le nombre de personnes infectées par le COVID. Il est possible d’utiliser un système d’échantillonnage** par zone géographique, en fonction de la densité de population. La généralisation à tout le territoire de l’application COVIDOM (de suivi et d’accompagnement des malades à domicile), qui recense près de 50.000 personnes à ce jour, peut être pertinente.

On peut encore déployer une application permettant aux patients de s’auto-déclarer de façon à collecter des données de patients non hospitalisés et non vus par un médecin mais susceptibles d’avoir été infectés. Nous savons par exemple que la perte d’odorat est un signe caractéristique de l’infection. Le recueil des déclarations serait une source d’informations à croiser avec d’autres. La collecte de données de santé par les patients eux-mêmes peut être une solution innovante. Ne doutons pas de l’intelligence collective : la population a déjà adopté le port du masque et n’a jamais cru en son inutilité. Question de bons sens.

Les facteurs de risque de surmortalité chez les individus infectés sont bien identifiés : âge supérieur à 60 ans, obésité, affection cardio-vasculaire, déficit immunitaire. Nous savons qu’un IMC élevé est un facteur de risque (grand sujet d’inquiétude aux Etats-Unis) et cela renforce encore l’importance pour l’avenir de nos politiques de prévention et de promotion de la santé en matière de nutrition et de lutte contre l’obésité et le surpoids.

Dans l’immédiat, il nous faut protéger les personnes fragiles et permettre la continuité des soins et des traitements. L’entourage familial et social de ces personnes à risques doit être testé de façon répétée et sensibilisé à l’efficacité de l’isolement et du confinement sélectif de leurs proches ou d’eux-mêmes. La crise sociale colle à la crise sanitaire...

4 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…