"Hippocratique et libéral, ou plutôt hippocratique donc libéral ?" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Hippocratique et libéral, ou plutôt hippocratique donc libéral ?"

en soins primaires, parce que reconnue financièrement…

Les bonnes conditions d’approfondissement de notre travail de généraliste, dans un contexte où nous nous raréfions, sont à mon avis plus urgentes que la délégation de tâches. Évitons que la médecine ne s’ennuie. L’avenir, auquel nous devrions travailler maintenant, est d’inclure des manipulateurs radios qualifiés en échographie, à raison d’un pour 5 à 10 000 patients, pour qu’une éventuelle échographie puisse être faite pendant la consultation. Ils formeront, en même temps, les médecins à l’auscultation échographique. Autrement dit, plusieurs salles par médecin (trois avec l’interne), une infirmière pour un médecin, un échographe pour ausculter à côté de chaque divan (j’utilise un portable pour ausculter dans les box), et penser que rassembler plusieurs professions sous le même toit, c’est rassembler des publics différents, avec des risques potentiellement explosifs en période de pandémie.

 

Entre 35 et 45 consultations par jour

En temps « normal », je commence mes consultations à 7 h du lundi au samedi, et en semaine, les derniers rendez-vous sont parfois pris après 21 h, pour 9 500 à 10 000 actes – que je n’ai pas fait, ayant été interdit d’exercer. Je faisais entre 35 et 45 consultations par jour ; une vingtaine depuis le confinement, avec très peu de téléconsultations… Nous voyons peu de cas de coronavirus dans ma région, et l’architecture des locaux, comme l’organisation de mon travail, me permettent de recevoir.

En 2019, je concluais que le travail est une valeur en soi. De fait, à l’occasion de ma mise en examen, j’ai reçu de mes patients un très fort soutien : sans le savoir, j’avais placé mon capital travail chez eux, et ils me l’ont rendu. Un bon révolutionnaire doit être dans le peuple comme un poisson dans l’eau, écrivait le président Mao. Le travail est bien une valeur en soi, et une valeur révolutionnaire – et hippocratique – qui nous met dans le peuple comme un poisson dans l’eau.

À la fin des années 60, pour partir en vacances, mon père, médecin de campagne, passait une annonce dans un journal médical pour chercher un remplaçant. Il reçut une fois plus de 40 réponses, à une époque où les accouchements à domicile étaient fréquents. Le président du CDOM 76 m’a dit avoir envoyé 70 à 80 courriels pour me trouver un remplaçant… sans succès. La liberté d’installation – j’y suis favorable – n’est plus qu’un mot. Le désir d’entreprendre sera toujours un moteur. Les conditions de ce désir ont été érodées, le désir avec. C’est grâce à beaucoup de travail que la France des 30 glorieuses s’est développée. Un new deal aujourd’hui est à espérer, quel qu’il soit, mais toujours avec beaucoup de travail.

Ai-je rêvé ? N’ai-je pas écrit une hymne à la médecine libérale ?"

2 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…