"Hippocratique et libéral, ou plutôt hippocratique donc libéral ?" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Hippocratique et libéral, ou plutôt hippocratique donc libéral ?"

avec l’appui d’une infirmière salariée. Deux pas pour passer de la position assise au bureau à la place où examiner. Un patient qui se retrouve naturellement assis dos tourné, dans les bonnes conditions pour la prise de température auriculaire, l’examen des chaînes ganglionnaires cervicales et de la thyroïde, l’auscultation pulmonaire, la percussion des fosses lombaires… Un quart de tour pour atteindre l’échographe, outil d’auscultation du 21e siècle que Laënnec se serait approprié depuis longtemps, nécessairement disponible à côté de chaque divan d’examen. Un demi-tour pour accéder au chariot de soins, qui transcende l’espace clinique. Sur son tiroir informatique, dans chaque salle, un appareil ECG, qui communique dans les deux sens avec le logiciel de gestion du cabinet médical (Médistory).

Chaque chariot renferme notamment des bandelettes test de CRP, troponine, D dimères. Chaque salle de consultation comprend un fauteuil et une balance bariatriques.

Les box attenant à chaque salle permettent des actes courts, la pose et dépose de holters rythmiques (j’en ai deux), la révision d’une plaie… et l’augmentation rapide de la capacité d’accueil en cas de nécessité urgente. Ils ont aussi été destinés à une éventuelle «préconsultation» par l’infirmière au cas où un médecin exercerait dans une seule salle. Aujourd’hui, ils sont dédiés à l’examen des patients suspects de Covid 19.

 

Une organisation en binôme

Nous travaillons, l’infirmière et moi sur deux salles. Elles communiquent par portes coulissantes. Cette infirmière est pleinement utile : accueil du patient, création du dossier si besoin, recueil de débrouillage des ATCD (grille) et des motifs de consultation, prise de constantes, aide au déshabillage pour les personnes à mobilité réduite, vaccinations… Le gain clinique est immense. J’arrive souvent auprès d’une personne prête à être examinée, avec la transmission orale de l’infirmière. La reprise de l’interrogatoire est donc plus rapide. Évidemment, les plaies chroniques sont systématiquement revues. Si mon temps de consultation s’étire dans une salle, l’infirmière reste avec le patient dans l’autre. La troisième salle sera équipée pour l’interne qui doit...

2 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…