"Je n’arrivais plus à m’occuper de mes propres patients" : pourquoi ce généraliste a bloqué ses rendez-vous | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Je n’arrivais plus à m’occuper de mes propres patients" : pourquoi ce généraliste a bloqué ses rendez-vous

pour aider les jeunes médecins à s’installer, leur donner envie. "Cette année, en formation, ils étaient 25. Quand on leur demande : tous veulent s’installer. D’ailleurs, beaucoup veulent exercer en semi-rural ou en rural. La ville, finalement, ça ne les intéresse pas trop. Mais, encore une fois, ils ne sont malheureusement que 25, contre probablement 50 départs dans le même temps." Alors avec l’association JM28 (pour jeunes médecins du 28), il tente de "mettre le grapin sur les remplaçants". "Dès qu’un jeune médecin débarque dans le département, il est contacté."

Maître de stage (MSU) depuis plus de dix ans, Loïc Le Lan accueille en ce moment deux étudiants : un interne, dont c’est le tout premier stage et qui tournera dans plusieurs cabinets, et un autre en Saspas* qui réalise ses consultations le jeudi, ce qui lui permet de faire ses visites à domicile pendant ce temps.

 

"Quand je rentre, je fais une bise à mes enfants et je les couche"

Mais avec un planning rempli de 9h à 20h, le généraliste est, comme nombre de ses confrères, sur-sollicité, ce qui impacte sa vie de famille. Ses trois enfants "ne voient pas beaucoup papa", regrette-t-il. "Quand je rentre le soir, c’est pour leur faire une bise et aller les coucher." Il était ainsi essentiel de "mettre un stop" : "Sinon on n’arrêterait jamais. Je pourrais mettre des consultations jusqu’à minuit, je suis sûr qu’il y aurait du monde." Depuis qu’il a bloqué la prise de rendez-vous sur Doctolib, "ça redevient un peu plus clame, j’ai moins d’appels et je suis moins sollicité", assure le Dr Le Lan, quelque part soulagé.

Ce rythme effréné du médecin généraliste n’a toutefois pas effrayé sa fille, lycéenne, qui rêve à son tour de porter le stétho. "Ça ne l’a pas dégoûtée", sourit le praticien qui l’encourage à suivre cette voie. "Je ne suis pas encore aigri ou blasé, plaisante-t-il. On fait quand même un beau métier… Je l’aime ce boulot. J’essaie d’ailleurs de transmettre cela aux étudiants que je reçois, internes, mais aussi externes à qui je tâche d’expliquer que la médecine générale, ce ne sont pas que des renouvellements de traitements, que des personnes âgées qui viennent chercher leurs médicaments."

 

*Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée

20 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…