"On te suit depuis un moment, toi et tes trois bâtards" : hérauts de la science, ils vivent sous la menace des antivax et antipass | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"On te suit depuis un moment, toi et tes trois bâtards" : hérauts de la science, ils vivent sous la menace des antivax et antipass

les “agitateurs sont connus”. L’anesthésiste-réanimateur rapporte une enquête américaine montrant que 12 personnes seulement sont à l’origine de 65% des fake news sur la vaccination anti-Covid. “C’est la même chose chez nous, avance-t-il. En gros, il y a 15-20 personnes à la base de tout ce qui circule en termes d’idées obscurantistes, complotistes, anti-science, fake news, fait-il valoir [...] ils ne se cachent pas”.

“On s’est un peu moqué de moi à une époque, car je disais que cela allait finir en Capitole”, raconte le médecin, faisant référence à l’assaut, le 6 janvier, du siège du Congrès américain par des émeutiers attisés par le président sortant Donald Trump, dans l’objectif de bloquer la certification des résultats du vote. Mais le Dr Barraud en est convaincu : “On a strictement les mêmes ingrédients en France : des médecins charlatans qui agitent les extrêmes, des complotistes”. Aux Etats-Unis, “ça s’est fini dans le bâtiment le plus important de la démocratie américaine, avec des morts”, alerte l’anesthésiste, qui craint qu’en France, “les élections approchant, ça ne fasse que s’amplifier. À un moment, on prend les choses à bras-le-corps avant qu’il y ait un drame !”. Problème : jusqu’alors, ce n’est, pour les membres du collectif, pas le cas.

 

L’impunité de ceux qui allument la mèche

Les membres du collectif, pris individuellement, n’en sont pas à leur première, ni à leur dernière plainte. Ils envisagent d’ailleurs, comme annoncé dans leur tribune sur L’Express, de porter plainte contre France Soir. “Plusieurs d’entre nous vont porter plainte avec leur propre cellule juridique ou avocat, confirme le Dr Jérôme Marty, qui précise les chefs d’accusation : mise en danger, diffamation, appel au crime. On va porter plainte individuellement, et probablement en groupe. On est en train de mettre en contact nos différents avocats, précise-t-il. “Face à l’inaction de la Justice, c’est nous qui sommes obligés, systématiquement, de porter plainte. Mais on ne peut passer nos jours, nos nuits, à porter plainte”, grince Karine Lacombe.

Tous, au sein du collectif, fustigent “l’inaction des politiques”. Ils “n’ont rien fait pour nous aider, sanctionne Damien Barraud. “On est très surpris de voir que, tant de la part de l’opposition que de la part du gouvernement, les élus de la République n’utilisent pas l’art 40 [l’article du code de procédure pénale selon lequel ‘toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République, NDLR] pour mettre fin ou en tous cas freiner ces agissements”. Ainsi, lorsque, le 22 mai, la députée et psychiatre Martine Wonner a accusé devant une foule le Gouvernement et les soignants de crimes contre l’humanité, d’avoir assassiné les personnes âgées au rivotril, l’article 40, par exemple, n’a pas été utilisé.

“Ce qui me choque, c’est l’impunité dont jouissent les personnes qui allument la mèche, et à dessein, pour perturber un ordre établi, en l’occurrence pour perturber la parole scientifique et faire douter la population, qui attend elle des informations”, enrage le Pr Lacombe. Les politiques, dans leur ensemble, “se doivent de répondre à ce que nous subissons depuis des mois et des mois”, affirme le Dr Marty. Il y a bien eu une question écrite au Gouvernement du sénateur Bernard Jomier  (n°23 282) portant sur le harcèlement des porteurs de la parole scientifique, mais...

61 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…