"Des scènes comme ça, je ne sais pas si beaucoup en vivront" : le vibrant hommage rendu à un généraliste retraité par ses patients | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Des scènes comme ça, je ne sais pas si beaucoup en vivront" : le vibrant hommage rendu à un généraliste retraité par ses patients

90 généralistes pour un bassin de 250.000 habitants, dont 70.000 dans la ville. Il y a quelques années, ils étaient plus de 120. “Je ne cherche plus de successeur. J’ai tout tenté pendant cinq ans. Je laisse tout, le suivant n’a qu’à s’installer sur ma chaise et répondre au téléphone. Franchement… Ce n’est pas normal de ne pas trouver”, se désole-t-il. La nouvelle génération de généralistes est-elle différente ? “Oui”, tranche le médecin. "Je ne veux pas me jeter des fleurs, mais des scènes comme ça, je ne sais pas si beaucoup en vivront…”, lâche-t-il, estimant aussi que les jeunes ne sont plus vraiment incités à reprendre des cabinets en ville ni à préserver le statut de “médecin de famille”. “Ils veulent de l’exercice regroupé, et ils touchent des subventions pour ça. Des horaires plus cadrés. A côté, on ne les fait pas rêver”, admet le médecin qui a pour l’instant le projet de céder son cabinet à un jeune ostéopathe. “Mais il reste un bureau avec mon cabinet, j’attends toujours qu’un médecin s’y installe !” espère le jeune retraité. 

Impossible enfin d'évoquer le Dr Buvry sans parler de sa secrétaire. La médecine de famille, il l’aura exercée jusqu’au bout puisque cette dernière est aussi sa petite sœur. “Anne-Marie était son pilier”, témoigne Emily. Et le praticien le reconnaît, il y a des avantages à travailler ensemble. “Tout le monde le savait", sourit-il. “Elle était gage d’efficacité, de constance… et de psychothérapie ! Il y avait une sorte de pré-consultation téléphonique, parce qu’ils savaient que les informations remontaient !” Derrière lui, Anne-Marie rit discrètement.  

En attendant, la retraite du généraliste s’annonce active. Entre les dossiers des patients à terminer et sa présence à l’Ehpad, le Dr Buvry ne s’ennuie pas. Puis, il pense aller à Nantes pour se rapprocher de sa famille. “Bon… Ce n’est pas évident que je resterai sans rien faire à Nantes”, plaisante-t-il pour conclure.  

 

Vous êtes intéressé pour reprendre le cabinet du Dr Jacques Buvry ?
Le médecin nous a expliqué laisser tout son matériel à son successeur. Si cela vous intéresse, contactez-nous et nous vous mettrons en relation avec le médecin.  
14 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…