"Mon frère était mort pendu depuis la veille": récits d'humiliations d'étudiants en santé | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Mon frère était mort pendu depuis la veille": récits d'humiliations d'étudiants en santé

"Si t’es pas capable de supporter un décès, t’es pas faite pour ce métier !"

Aide-soignante

La pire des violences, c'est l'ignorance - "J’ai bientôt 21 ans. J’ai vécu une très mauvaise expérience lors d’un stage que j’ai effectué pendant ma formation d’aide-soignante dans un service de pneumologie. Stage ponctué d’une mise en situation professionnelle (MSP) (…). Les premiers jours, tout s’est très bien passé. Mais j’ai vite déchanté. Un patient me demande de mettre ses bandes de contention. Je ne savais pas le faire puisque les aides-soignants n’ont normalement pas le droit de le faire. Je demande alors à une infirmière ce que je dois faire. Il faut savoir qu’à l’époque, je manquais énormément de confiance en moi. Voici le dialogue :

Moi :" Excusez-moi, Madame X me demande de mettre ses bandes de contention, alors je suis venue vous voir."

Elle : " Tu sais les mettre ?"

Moi : "Non, enfin, je croyais qu’on ne devait pas le faire."

Elle : "Je sais très bien ce que tu as le droit de faire ou non ! Je te demande si tu sais les mettre !"

À partir de ce moment-là, elle m’a carrément ignorée, voire méprisée. Quand je lui parlais des problèmes des patients, elle ne me parlait plus, ignorant ma présence et jetait les documents que je mettais de côté pour ma MSP. (…)

Ma grand-mère était décédée dans la matinée. Le lendemain, je suis retournée en stage, en deuil. J’ai prévenu le cadre du service que je ne serais pas présente en stage le jour de l’enterrement de ma grand-mère. Je suis allée en stage sauf le jour de l’enterrement. Le lendemain de l’enterrement, j’ai craqué dans le service. J’ai bien évidemment eu le droit au fameux : "Laisse tes soucis au vestiaire" ou "Si t’es pas capable de supporter un décès, t’es pas faite pour ce métier !"

(…) Pendant longtemps, je pensais ne servir à rien et j’étais complètement paumée au point de penser au suicide. Ce n’était pas tellement dans les paroles, mais dans les actions, qu’elles étaient les plus violentes : l’ignorance, le fait de se taire quand je rentrais dans une pièce, etc. Elles m’ont même dit que je n’étais pas faite pour ce métier. Le fait aussi qu’on me dise : "Ta grand-mère, on en a rien à foutre ! T’es ici pour bosser, pas pour parler de tes soucis !"

 

*En librairie le 2 mars 2017.

15 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…