"Mon frère était mort pendu depuis la veille": récits d'humiliations d'étudiants en santé | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Mon frère était mort pendu depuis la veille": récits d'humiliations d'étudiants en santé

"T’as intérêt à changer d’attitude, gamine !"

Infirmière

"Des obèses qui te cassent le dos, t'en auras !" -  (…) Je suis en première année, c’est mon premier stage, dans un hôpital public gériatrique, dans une unité de SSR d’oncologie. (…) Autant dire que je n’y connais rien même si j’ai reçu une formation pratique. Mon stage se déroule plutôt bien, j’apprends.

J’ai en charge deux patients avec une perte totale d’autonomie. Comme c’est mon premier stage, je suis plus souvent avec les aides-soignants qu’avec les infirmières. À la quatrième semaine, je signale que la fin de mon stage approche et j’essaie de voir "quand et avec qui" je dois remplir ma feuille de fin de stage. Là, on me répond : " Ah mais il va falloir que tu fasses une MSP (mise en situation professionnelle)". Je n’avais jamais entendu parler de ça, je ne savais même pas ce que c’était. Je demande que l’on m’éclaire.

L’infirmière et l’aide-soignante me disent : "Vous, les nouveaux étudiants, vous ne savez rien faire avec cette nouvelle formation. C’est vraiment de la merde ce qu’on vous apprend ! Vous ne faites même plus de MSP alors que c’est la base ! Avec nous, tu vas faire une MSP, et c’est comme ça. Tu vas faire la toilette de Madame X et l’aide-­soignante va t’encadrer. Et tu vas la faire seule. On va voir ce qu’on vous apprend à l’école"

Elles poursuivent : "Madame X en question, c’est une femme de 120 kg, BPCO, 85 ans, avec une infection à ­Clostridium difficile. Toilette au lit car elle ne peut plus bouger."

J’ai le trac (…) Je commence la toilette.

L’aide-soignante est dans un coin de la pièce et me regarde faire, les bras croisés. Au moment où je dois lui laver le dos, je demande à l’aide-soignante si elle peut m’aider à retourner la patiente… de 120 kg ! Elle me répond : "Moi, je te regarde. Tu crois quoi ?! "

Embarrassée, avec le trac, je rougis et la patiente et moi, nous nous regardons. Je lui demande d’agripper la barrière et de se tenir pour que je puisse lui laver le dos. L’aide-soignante s’approche de moi et approche son visage à 15 cm du mien : "Pourquoi tu deviens toute rouge, t’aimes pas ce que je te dis ? Ça t’emmerde de faire une toilette parce que t’es élève infirmière ? Des toilettes, t’en feras, crois-moi."

(…) L’aide-­soignante, elle, me regarde devenir encore plus rouge : "Tu as quelque chose à me dire ? Pourquoi t’es toute rouge "

J’ai la gorge serrée, je fais « non » de la tête et je dis : "J’essaie de ­m’appliquer…" 

Je reconnais à peine ma voix tellement j’ai du mal à sortir un son. La patiente me dit : "Vous faites ça très bien". J’ai envie de pleurer.

Je continue la toilette. L’aide-soignante ajoute devant la patiente : "Si un jour t’as le diplôme, tu verras, des obèses qui te cassent le dos, t’en auras."

Je ne veux plus être dans la pièce. Je suis outrée et gênée que la patiente assiste à cela (…).

Je sors en essayant de rester souriante pour la patiente. L’aide-soignante me suit en me poussant le dos. Dans le couloir, elle crie : " T’as intérêt à changer d’attitude, gamine !" (…).

Et ça me fait penser à cette fois où je me présente à un médecin en service : "Bonjour, je suis Machin, je suis étudiante infirmière".

Il est plongé dans ses dossiers et me répond : "C’est très bien… Est-ce que vous sucez ?"

 

 

"S’il meurt, ça sera de ta faute !"

15 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…