Ce Gilet jaune est un médecin généraliste : "Jour après jour, on me demande de cracher sur le Serment d'Hippocrate" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Ce Gilet jaune est un médecin généraliste : "Jour après jour, on me demande de cracher sur le Serment d'Hippocrate"

le canon à eau. Je n'ai rien contre eux, ils sont obligés d'appliquer une politique et certains sont malheureux de le faire… Dans leur globalité, ils sont comme nous. Mais d'autres sont un peu extrêmes.

On s'est rassemblés face à une unité qui bouchait le haut de l'avenue de Friedland, en les encourageant à nous soutenir. Quand on avançait un peu trop, on se prenait des coups de matraque, des lacrymos, des tirs de flashball. On se retrouvait bloqué dans des souricières… De mon côté, je n'ai pas vu d'acte de vandalisme, je ne sais pas ce qu'il se passait ailleurs. J'ai pris une bombe lacrymo sur mon casque de moto, une flashball sur le blouson… j'ai fait un malaise et je suis tombé. J'ai été tiré par des Gilets jaunes, ce qui m'a évité de me faire embarquer par les CRS.

Samedi, je serai bloqué le matin par des gestes chirurgicaux que je dois pratiquer. Mais l'après-midi, je manifesterai. Je ne peux pas imaginer qu'on accepte cette réponse aussi faible des politiciens… C'est une question d'éthique. Où est l'éthique journalistique quand on voit les choses transformées dans les médias ? Où est l'éthique politique quand on voit toutes les promesses jamais tenues? Où est l'éthique médicale ? Quand j'ai prêté le Serment d'Hippocrate, c'était un des plus beaux moments de ma vie ; j'étais fier comme jamais. Jour après jour, on me demande de cracher sur ce serment. Ce n'est plus la valeur principale… Je ne serai pas satisfait tant qu'on n'aura pas rétabli le respect de l'humain.

Mes patients se sont déjà mobilisés à mes côtés : ils étaient plus de 400 quand j'ai été convoqué pour les génériques. Ils ont conscience que je ne suis plus libre de les soigner dans de bonnes conditions. Maintenant, certains sont plutôt anti-Gilets jaunes... Ils trouvent insupportable de voir que l'Arc de triomphe a été saccagé. Quand je leur dis que j'étais sur les Champs et que je n'ai pas vu la même chose, ils changent un peu de discours. Au fond, ils rêvent que les choses changent.

Si on pense qu'on ne peut plus rien faire, on a tout perdu, on n'a plus d'espoir. Je ne peux pas l'accepter."

67 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…