Quand l'ouverture d'un vaccinodrome signe la mort des centres ambulatoires : à Dijon, les libéraux "débarqués" du jour au lendemain | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Quand l'ouverture d'un vaccinodrome signe la mort des centres ambulatoires : à Dijon, les libéraux "débarqués" du jour au lendemain

Depuis janvier, ils se sont relayés pour vacciner quelque 14.000 habitants de l'agglomération dijonnaise. Mais ce mardi soir, "l'aventure" prend fin : trois des quatre centres de vaccination de la métropole de Côte-d'Or ferment leurs portes, à la veille de l'ouverture d'un centre de vaccination "de grande capacité" au Zénith. Une décision "unilatérale" de la préfecture mal vécue par les équipes. "Incohérent", "coûteux", "énergivore", "déstructurant", "irrespectueux". Médecin généraliste à Dijon, le Dr Anne-Laure Bonis ne peut se résoudre à accepter la fermeture imminente de trois des quatre centres de vaccination...
32 commentaires

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…