Vaccination contre le Covid : les résultats d'une enquête sur les doutes des médecins | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Vaccination contre le Covid : les résultats d'une enquête sur les doutes des médecins

recommander certains vaccins aux adultes à risque. En ce qui concerne les patients malades chroniques et ceux âgés de 65 ans et plus, 3 médecins sur 4 ont déclaré ne jamais hésiter à leur recommander un vaccin du calendrier officiel. Les médecins généralistes ayant un volume d’activité élevé sont plus nombreux à ne jamais hésiter à recommander la vaccination aux adultes à risque (72 %, contre 56 % chez ceux avec un volume d’activité plus faible). Plusieurs facteurs pourraient expliquer cette hésitation : la perception que certains vaccins (notamment celui contre la grippe saisonnière) ne seraient pas assez efficaces et la difficulté à motiver des patients eux-mêmes réticents ou hésitants vis-à-vis de certains vaccins.

La fréquence de l’hésitation à se vacciner ou à recommander ces vaccins contre la Covid-19 est beaucoup plus élevée (42 %) chez les médecins généralistes ayant des doutes sur la sécurité des vaccins développés dans l’urgence que chez ceux n’en ayant pas (7 %). Les analyses montrent également que les médecins qui pensent que l’épidémie est grave ont significativement moins souvent d’hésitations ou de réticences par rapport à la vaccination. Enfin, les résultats mettent en avant le rôle significatif de facteurs plus structurels, comme l’hésitation générale de certains médecins à recommander des vaccins aux adultes à risque, ou leurs comportements de vaccination contre la grippe saisonnière lors de la saison 2019-2020 (15 % des médecins généralistes en France ne se sont pas fait vacciner).

Tout comme ceux qui accepteraient de se faire vacciner, trois médecins sur quatre font confiance au ministère de la Santé pour assurer la sécurité des vaccins quand moins de deux sur dix ne le font pas. Cette confiance est plus marquée chez les médecins généralistes ayant un volume de consultations élevé que chez ceux ayant un nombre de consultations faible.

Cette enquête a été menée par internet et par téléphone entre le 6 octobre et le 15 novembre 2020 auprès de 1.200 médecins. D'autres études menées en Belgique francophone auprès de médecins généralistes et au Québec auprès d'infirmières montrent des résultats comparables à ce qui est observé en France, indique la Drees.

15 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…