[POINT COVID] Olivier Véran espère 20 millions de rappels vaccinaux d'ici Noël | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

[POINT COVID] Olivier Véran espère 20 millions de rappels vaccinaux d'ici Noël

Jeudi 2 décembre

 

Deux cas de variant Omicron confirmés en France métropolitaine
Un premier cas de variant Omicron a été confirmé chez un homme non vacciné résidant en Ile-de-France, dépisté à son retour d'un voyage au Nigeria, a annoncé jeudi l'Agence régionale de santé. Sa femme, qui l'accompagnait dans ce voyage, a été testée positive au Covid-19 et un séquençage est en cours pour vérifier s'il s'agit également du variant Omicron, a précisé l'ARS. L'entourage a été testé et placé à l'isolement. Un second cas a été confirmé dans le Haut-Rhin : il s'agit d'une femme âgée d'une quarantaine d'années et présentant un "schéma vaccinal complet", selon l'ARS du Grand Est. Elle avait été testée positive au retour d'un voyage en Afrique du Sud, et placée à l'isolement, avant que le séquençage ne révèle la nature du variant. "Peu de contacts à risque ont été identifiés", précise l'ARS.

 

Vague de Covid et variant Omicron : pas de "solution miracle", prévient Delfraissy
Il n'y a pas de "solution miracle" pour freiner la vague actuelle de Covid, a prévenu mercredi Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, appelant à vite se faire revacciner et mieux respecter les gestes barrières avant que se répande le variant Omicron. "Il n'y a pas de solution miracle, il y a une série de petits progrès qu'on peut faire", a résumé devant les députés le Pr Delfraissy, dont l'organisme conseille le gouvernement face à la crise sanitaire. La campagne de vaccination est essentielle pour éviter que la vague actuelle finisse par surcharger les hôpitaux, a estimé le Pr Delfraissy, rappelant que les vaccins perdent en efficacité au fil des mois. Il a toutefois exprimé son scepticisme quant au bien-fondé d'une vaccination obligatoire, notamment au programme du futur gouvernement allemand.

 

Variant Omicron : la France durcit les conditions d'accès au territoire
Face à la menace du variant Omicron, la France a annoncé mercredi un durcissement des conditions d'accès à son territoire en imposant notamment un test négatif pour tous les voyageurs, même vaccinés, provenant d'un pays hors de l'Union européenne. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a également annoncé que les vols avec dix pays de l'Afrique australe reprendraient à partir de samedi mais avec un "encadrement extrêmement strict et drastique". Seuls les Français, les ressortissants de l'UE, les diplomates et les navigants pourront voyager sur ces destinations. Ces voyageurs subiront, en outre, un test Covid à leur arrivée en France, suivi d'un isolement de sept jours en cas de résultat négatif et de dix jours si le résultat est positif, a-t-il précisé. Dans les deux cas, l'isolement "sera surveillé par des forces de sécurité intérieure et en cas de non respect de l'isolement, une amende de 1.000 à 1.500 euros" sera infligée, a ajouté le porte-parole. Ces mesures concernent les sept pays avec lesquels les vols étaient suspendus depuis vendredi (Afrique du Sud, Lesotho, Botswana, Zimbabwe, Mozambique, Namibie et l'Eswatini), auxquels ont été ajoutés le Malawi, la Zambie et l'île Maurice.

 

"Embouteillages" pour le rappel vaccinal: pas de raison de s'inquiéter, selon Véran
Les difficultés des Français à trouver un créneau pour leur rappel de vaccin anti-Covid traduisent un "effet embouteillage normal" mais ne doivent pas inquiéter, a assuré mercredi le ministre de la Santé Olivier Véran, convaincu que tout le monde pourra obtenir sa 3e dose dans les sept à huit prochaines semaines. "L'effet embouteillage est normal" car "18 millions de Français ont, du jour au lendemain, été appelés à recevoir un rappel de vaccin", et cela ne peut pas se faire en une semaine, a observé M. Véran lors d'un point presse à Paris. Depuis l'annonce jeudi que tous les adultes étaient désormais éligibles à une dose de rappel, près de cinq millions de personnes ont déjà pris rendez-vous, a précisé le ministre. Chaque jour, "des centaines de milliers de créneaux disponibles sont à nouveau ouverts, pour que nous puissions fonctionner en flux tendu", a-t-il assuré. Pour M. Véran, "il n'y a pas de difficulté logistique" susceptible d'empêcher le bon déroulement de cette campagne de rappel, qui vise à un "effet coupe-feu" contre la cinquième vague de l'épidémie.

 

156 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…