Des traces de coronavirus dans l'eau non potable de Paris | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Des traces de coronavirus dans l'eau non potable de Paris

Des traces "infimes" de coronavirus découvertes dans le réseaux d'eau non potable de Paris ont poussé la ville à suspendre son utilisation pour nettoyer les rues ou arroser les parcs. Mais la mairie assure qu'il n'y a aucun risque pour l'eau potable, qui dispose d'un réseau indépendant et multi-traité.
 

Le laboratoire de la régie municipale Eau de Paris a découvert ce week-end la présence en quantité infime de traces du virus sur 4 des 27 points de prélèvements testés, ce qui a conduit la mairie à suspendre immédiatement l'usage de son réseau d'eau non potable, dans le cadre du "principe de précaution", a indiqué dimanche l'adjointe chargée de l'environnement à la Ville, Célia Blauel. Mais l'eau potable, qui dépend d'un autre réseau "totalement indépendant", "ne présente aucune trace de virus Covid" et "peut être consommée sans aucun risque", assure la mairie.

A Paris, coexistent deux réseaux, sans lien l'un avec l'autre : celui de l'eau potable (2.000 km), et celui de l'eau non potable (1.800 km), une spécificité héritée de la fin du XIXe siècle. L'eau potable, qui alimente les robinets des particuliers et "les fontaines à boire" publiques, provient de deux origines: des ressources souterraines et de deux usines de traitements des eaux. Cette eau est "contrôlée en permanence" et "soumise à des traitements dits multi-barrières", destinés à éliminer "toutes traces de pollution et de tout virus", explique Laurent Moulin, responsable du laboratoire de recherche développement d'eau de Paris, et spécialiste de la question des virus dans l'eau.

Le réseau d'eau non potable est lui "alimenté par une eau dite 'brute' prélevée dans la Seine et le canal de l'Ourcq, au nord-est de Paris, et acheminée sans traitement lourd", explique la mairie. Il sert à arroser certains parcs et jardins, nettoyer les rues et faire fonctionner les lacs et cascades des parcs et bois ainsi que "certaines fontaines ornementales dans des parcs ou jardins actuellement fermés au public".

   

"Pas les seuls"
“Cette eau non potable 'est une eau pas vraiment traitée'", confirme Alban Robin, directeur de la recherche développement et de la qualité de l'eau. "Mais les concentrations de virus sont très faibles" et "on ne peut pas dire...

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…