Antivaccins hyperactifs sur Internet : la contre-offensive s'organise | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Antivaccins hyperactifs sur Internet : la contre-offensive s'organise

créer ce corpus d'information et rémunérer ensuite les gens, qui ont ce genre de profil à la Thomas Durand. Mais je pense que l'action doit être portée par un certain nombre de personnes qui s'auto désignent : un médecin de famille, un pharmacien, un patron de boite, un Michel Cymes, etc. Je ne crois pas à un grand plan de l'action publique.

 

C'est une vue de l'esprit ou les choses sont-elles déjà en train de se mettre en place ?

Cela se met en place. Je pense que les systèmes craquent, mais les hommes réfléchissent bien et certain d'entre eux s'investissent pour des causes. Notre étude montre que ceux qui ont de l'influence dans les réseaux sociaux ne sont pas ceux qui sont connus. La cause n'est pas perdue, mais il faut que les pouvoirs publics se gardent de deux écueils : d'une part, mener une grande campagne car c'est vraiment ce qu'il faut faire pour redévelopper des messages anti vax. D'autre part, se dire quer ce n'est pas très grave car ce sera fait par d'autres. Non, il faut que ce soit fait avec eux, leurs soutiens, leurs investissements et leurs moyens.

 

 

Messages anti vaccins :  250 000 partages sur Facebook et 46 000 tweets

Une enquête sur le débat relatif à la vaccination sur les réseaux sociaux a été réalisée par Antidox, un cabinet de conseil en stratégie en communication et Nile, une agence conseil en affaires publiques dédiées aux acteurs de santé. Durant trois mois, 841 500 mentions extraites de médias en ligne, de blogs, de forums, de Facebook, Twitter, Instagram ou Youtube ont été passées au crible.

La requête anti-vaccination a progressé de 130 % au cours des 5 dernières années, avec un léger pic de recherche, à l'occasion de l'annonce par le Premier ministre, de l'extension de l'obligation vaccinale, souligne l'étude.

Sur les réseaux sociaux, plus de 8 200 articles ont été publiés sur la vaccination. Sur Facebook, le Pr Henri Joyeux a 143 000 abonnés et les anti-vax sont de loin les plus actifs. Ils publient et relaient des messages de manières beaucoup plus régulière que les pro-vaccins (250 000 partages sur Facebook ont été réalisés ainsi que 46 000 tweets) Mais les pro-vaccins ont toutefois une plus grande audience, note l'étude.

Sur Twitter, à partir d'une étude portant sur un panel de 2 000 pro et 2 000 anti-vaccins, il a été observé que les anti vaccins sont en moyenne trois fois plus actifs que les pro-vaccins. Sur les 25 vidéos les plus vues sur Youtube concernant les vaccins, plus de 50 % d'entre elles développent un argumentaire contre la vaccination contre 10 % de vidéos pro vaccins. Les partisans de la vaccination  sont peu actifs, et leur engagement n'est pas régulier. Ils adoptent majoritairement des postures défensives sur les discours anti-vax, "ce qui peut s'avérer contre-productif en termes d'image, commentent les auteurs de l'étude.

 

16 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…