2022 : la fin du paiement à l’acte (ou presque) | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

2022 : la fin du paiement à l’acte (ou presque)

par un autre, la task force plaide pour des "modalités de paiement combinées", de façon à cumuler les avantages, tout en gommant les inconvénients. Avec quatre enjeux : favoriser le suivi coordonné des malades chroniques au long cours, accroître la qualité et la pertinence des soins, créer les conditions de la transformation de l’offre de santé et maintenir cette réactivité du système que permet malgré tout le financement à l’acte, tout en responsabilisant les acteurs.

La transformation, étalée sur 5 ans, conduirait à dépenser autrement plus de 10 milliards d’euros et à réduire la part de la T2A à 50% dans les établissements de santé. Pour les soins de ville, l’objectif est moins ambitieux, et vise à poursuivre et étendre à l’ensemble des professionnels la dynamique engagée en 2009 pour les médecins généralistes avec les Capi puis la Rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp).

 

1 – Le paiement au suivi : objectif 6% des dépenses en 2022

C’est le mode de financement le plus adapté à la prise en charge des maladies chroniques, qui représentent 60% des dépenses d’assurance maladie alors qu’elles ne concernent "que" 35% des assurés, relève le rapport Aubert. L’objectif est "d’inciter les professionnels à se focaliser sur la prévention et sur les résultats de santé obtenus bien plus que sur le nombre d’actes ou de séjours réalisés en leur donnant plus de souplesse dans le choix des modalités de prise en charge" (consultation, mais aussi contacts téléphoniques avec le patient, coordination avec les autres acteurs…). Bref à "soigner mieux", plutôt que "soigner plus". Dans ce schéma, le médecin traitant est repositionné "dans sa fonction pivot, sans crainte de l’impact sur ses revenus d’une diminution du nombre d’actes associés à un patient particulier".

Concrètement, les professionnels -médecins mais aussi infirmiers- toucheraient un forfait global pour la prise en charge d’une pathologie, rémunérant l’ensemble du suivi. "Afin d’éviter les stratégies de sélection des patients, le montant du forfait devra différer en fonction de l’état clinique du patient et de son histoire personnelle" (polypathologie, facteurs sociaux…), préviennent les experts. Son versement sera conditionné au respect d’un cahier des charges, qui précisera les "principales prestations attendues" (nombre de consultations, d’examens etc.).

Le risque du paiement au forfait étant de diminuer le "niveau de service", des indicateurs de qualité seront mesurés. A l’instar de la ROSP pour le diabète ou l’HTA, il pourra s’agir d’indicateurs...

40 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…