IST: les sondes échographiques coupables | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

IST: les sondes échographiques coupables

Une étude européenne chiffre en effet à plus de 30 000 le nombre de personnes susceptibles de développer une infection nosocomiale à la suite d’une contamination contractée avec une sonde d’échographie vaginale ou rectale insuffisamment désinfectée. Cette étude qui fait partie du rapport sur la sécurité des patients, actuellement en cours d’examen au Parlement européen, laisse apparaître qu’en France, chaque année, ces sondes échographiques pourraient être à l’origine de plusieurs cas de VIH, d’hépatite B, d’hépatite C, d’herpès, de cytomégalovirus, de papillomavirus ou de chlamydiae. Des cas qui ne sont...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…