Quand la médecine change d'avis : 5 exemples de revirements spectaculaires | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Quand la médecine change d'avis : 5 exemples de revirements spectaculaires

en comparant un hypnotique non benzodiazépinique (zopiclone) avec une intervention non médicamenteuse. Cette dernière, de type cognitivo-comportementale (TCC-I), repose sur plusieurs axes : ancrer des comportements mieux adaptés (contrôler les stimuli associés à l'insomnie, réduire le temps au lit, améliorer l'hygiène de sommeil…), corriger les croyances erronées sur le sommeil et apprendre des techniques de relaxation.

De faible taille (46 sujets), l'essai norvégien a néanmoins permis de conclure que la TCC-I améliorait le sommeil à court et à long terme, quand le zopiclone échouait à faire mieux qu'un placébo. Au regard des effets secondaires associés au zopiclone (somnolence, confusion) et à tous les hypnotiques, ce résultat, de niveau de preuve certes modeste, invite à privilégier l'approche interventionnelle dans la prise en charge de l'insomnie du sujet âgé.

 

  • Supplémentation en vitamine A : inutile contre la mortalité infantile

 

Les carences en vitamine A, responsables de troubles ophtalmiques (xérophtalmie, cécité nocturne) et d'un affaiblisseemnt du système immunitaire, sont un problème de santé publique majeur dans les pays à faible revenu. Sur la base de ces éléments, la supplémentation des mères pendant la période postnatale a ainsi été largement employée en Asie du Sud-est et en Afrique, pour son effet supposément protecteur sur la mortalité infantile.

En 2015, trois grands essais contrôlés randomisés se sont attaqués à la question, au Ghana, en Tanzanie et Inde. Au Ghana, la supplémentation tendait à accroître la mortalité infantile et les cas de fontanelle bombée ; en Inde (Haryana), elle réduisait la mortalité mais augmentait aussi les cas de fontanelle bombée ; en Tanzanie, elle n'avait aucun effet démontrable. Ces résultats ont mis fin à la pratique de la supplémentation en vitamine A en post-partum. La supplémentation est en revanche toujours conseillée chez les enfants entre 6 mois et cinq ans. 

 

La liste est encore longue : le Dr Prasad et ses collègues ont identifié 228 revirements médicaux, qui viennent s'ajouter à une précédente étude de la même équipe pour aboutir à quelque 396 pratiques médicales désavouées par la recherche clinique. Tous les domaines de la médecine sont concernés, de la cardiologie à la chirurgie, en passant par la cancérologie et la neurologie. Dans l'ensemble, les auteurs estiment que 13 % de tous les essais cliniques publiés donnent lieu à un revirement médical – et environ un tiers de ceux publiés dans les revues les plus prestigieuses.

Point intéressant : la grande majorité (64 %) des revirements médicaux identifiés proviennent...

14 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…