L'étude anglaise qui accable les nouveaux anticancéreux | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

L'étude anglaise qui accable les nouveaux anticancéreux

Plus de la moitié des nouveaux médicaments anticancéreux mis sur le marché dans l'UE entre 2009 et 2013 n'ont pas prouvé qu'ils amélioraient la survie ou la qualité de vie des patients par rapport à ceux existants, voire à des placebos, selon une étude publiée jeudi dans la revue britannique The British Medical Journal. Au cours des cinq années étudiées, 48 nouveaux anticancéreux ont reçu l'autorisation de mise sur le marché de l'Agence européenne du médicament, dans 68 indications différentes, relève l'étude. Sur ces 68 nouveaux traitements, 39 (soit 57%)...
6 commentaires

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…