PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Programme santé de Macron : "On va faire du travail d'orfèvre"

emmanuel macron santé

en psycho-gériatrie pendant deux ans, de nuit. C'est un travail très difficile et pas très bien payé.

 

En ce qui concerne le financement des hôpitaux, comment voulez-vous le revoir ?

Il y aura une réduction de la part de T2A. Cela a été commencé par le gouvernement actuel. La T2A fait sens pour les actes techniques ou reproductibles mais pour un malade de 80 ans, insuffisant cardiaque, diabétique qui vient pour une pneumonie, elle ne veut rien dire. Il vaut mieux diversifier avec des financements au parcours ou à l'épisode de soin.

 

Vous proposez la vente de médicament à l'unité. Les pharmaciens n'y sont pas favorables. Que leur répondez-vous ?

Beaucoup de Français sont pour. Ils ne comprennent pas pourquoi il y a un tel gaspillage de médicaments. Cela représente 7 milliards d'euros. Oui cela va sûrement coûter de l'argent de passer d'une distribution par boîte à une distribution à l'unité, mais cela va aussi en faire économiser. Sans compter l'impact très fort en termes d'iatrogénie, l'impact environnemental lié au fait que les médicaments se retrouvent dans les eaux usées.

Il y a beaucoup d'avantages liés à la vente à l'unité. Nous allons concerter les professionnels pour voir ce que cela va représenter dans l'exercice au quotidien des pharmaciens et comment nous, puissance publique, nous allons pouvoir les accompagner dans cette démarche.

 

Comment jugez-vous le bilan de Marisol Touraine ?

Je ne peux pas juger un bilan. J'ai été député de la majorité, j'ai été rapporteur d'un budget de la sécu. J'ai fait partie de la loi de santé. Moi je constate que le déficit de la Sécurité sociale s'est réduit. Je pense que Marisol Touraine, quand elle est arrivée, avait une commande budgétaire qui n'était pas facile. Il y avait un trou de 20 milliards et il fallait être capable d'améliorer notre système pour pouvoir le pérenniser. Quand on mène une politique de santé avec un objectif budgétaire aussi contraint, ça n'est pas évident et on ne peut pas faire tout ce que l'on veut. De ce point de vue-là, je pense qu'elle a eu une action forte. Et je retiendrai surtout son engagement pour la santé publique. Je l'ai vu à travers la loi santé. Elle a porté des choses qui n'étaient pas faciles, comme le paquet neutre ou l'information nutritionnelle. Ça n'était pas facile à porter face aux lobbies. Elle a su imposer les salles de consommation à moindre risque, dont les retours sont positifs. Elle a renforcé l'accès à l'IVG. Je retiens cette image d'une ministre engagée pour la santé publique, qui a été capable de rendre une copie budgétaire que peu de gens peuvent critiquer.

 

Y-a-t-il des domaines sur lesquels vous auriez agi différemment ?

Il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous agirons différemment si Emmanuel Macron est élu président de la République...

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…