PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Programme santé de Macron : "On va faire du travail d'orfèvre"

emmanuel macron santé

Je préfère qu'on forme davantage de médecins en France, plutôt qu'on importe des médecins français formés en Roumanie ou en Belgique.

 

Sur la question du tiers payant, Emmanuel Macron évoque un système "généralisable". Qu'est-ce que cela signifie ?

Il y avait à l'origine des médecins qui voulaient pouvoir faire bénéficier du tiers payant à leurs patients sans critères. Initialement, ils ne pouvaient pas le faire. La réponse politique a été de dire que du coup tous les médecins le feront pour tous les patients. On ne va pas revenir sur le débat mais le tiers payant généralisé intégral, les médecins n'en veulent pas. Pour autant, certains veulent pouvoir en faire bénéficier leurs patients et d'autres demandent qu'on puisse expérimenter un dispositif de tiers payant pour être certains que cela soit gratuit, facile et rapide.

Nous allons mettre le tiers payant à la main des professionnels. Ceux qui sont volontaires et veulent en faire bénéficier leurs patients pourront le faire et ceux qui ne veulent pas parce qu'ils attendent de voir que le dispositif peut être une aide plutôt qu'une contrainte, pourront attendre.

 

Quelle est la différence avec la situation antérieure à la loi de santé, où les médecins pouvaient si besoin pratiquer un tiers payant social ?

Il y avait des critères et ils ne pouvaient pas le faire auprès de tout le monde. Cela ne comprenait pas la part complémentaire. Il faut surtout que l'on travaille à un dispositif de tiers payant simple et efficace. Les médecins sont comme Saint Thomas et ils ont raison. Ils ont besoin de voir avant de croire.

 

Emmanuel Macron propose un remboursement à 100% du dentaire, de l'optique et de l'audioprothèse. Comment ?

Nous proposons effectivement un reste à charge 0 d'ici à 5 ans sur les soins dentaires, optiques et d'audioprothèses sans monter les prix des contrats et sans plafonner. Nous avons des définitions de contrats types pour les complémentaires avec plus de visibilité et de transparence et une mise en concurrence des différents contrats. Cela fera baisser les prix. Nous avons des montages pour cela.

 

La part du remboursement de la Sécurité sociale va-t-elle augmenter ?

Nous avons un engagement de reste à charge 0 sur d'ici 2022. Nous prendrons nos responsabilités pour tenir cet engagement.

 

A l'hôpital, les soignants dénoncent le manque de temps, la pression… Que répondez-vous face à cette souffrance ?

Evidemment, il y a une souffrance. Cette souffrance a plusieurs origines. L'une d'elles est qu'il y a une augmentation de l'activité qui est importante et la rémunération de l'hôpital n'augmente pas en fonction de l'activité puisqu'il y a une enveloppe qui est contrainte. Du coup, cela demande plus d'efforts aux professionnels et c'est assez frustrant pour tout le monde de voir qu'il n'y a pas la création de postes suffisants. Quand il y a +4% d'activité dans un hôpital et qu'à la fin la valorisation n'augmente que de 1%, cela créé un décalage progressif.

Nous allons donner de la lisibilité sur le plan budgétaire, ce qui n'a jamais été fait, avec un ONDAM pluriannuel. On s'engage à augmenter les dépenses de 2,3% par an pendant 5 ans. Cela veut dire que l'on sait à combien sera le budget hospitalier d'ici 5 ans et cela permet d'engager des réformes de structure et de sortir d'une logique de politique du rabot.

Il y a un travail qui devra être fait sur l'attractivité des carrières, en ville comme à l'hôpital.

Les tensions dans le secteur hospitaliers sont réelles. Moi j'exerce à l'hôpital, je vois qu'il y a de la souffrance au travail à l'hôpital, alors qu'il y a un très fort attachement de ceux qui y sont employés au service public hospitalier. Nous avons entendu le message et nous ne le traiterons pas avec le mépris avec lequel Fillon a pu répondre aux aides-soignantes. D'autant que mon premier boulot a été aide-soignant

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…