PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Programme santé de Macron : "On va faire du travail d'orfèvre"

emmanuel macron santé

Ces moyens pourront être déclinés sur tous les pans de l'exercice de la médecine libérale.

 

Les médecins généralistes sont très souvent débordés. Comment introduire ces consultations de prévention dans un planning déjà surchargé ?

Nous sommes contre l'idée qu'il y ait une solution uniciste pour tous les territoires et tous les acteurs de santé. Nous voulons pouvoir proposer d'accompagner les soignants dans leurs démarches professionnelles. Si un médecin dit être prêt à prendre le temps mais veut être rémunéré pour le faire, nous devons pouvoir lui répondre. Si au contraire, un autre médecin dit être débordé et obligé de parer à l'urgence et au plus pressé, dans ce cas pourquoi ne pas travailler avec lui pour qu'il puisse s'appuyer sur un autre acteur de la prévention. On sera là pour ça. Avoir une solution uniciste, c'est fini. Ça n'est pas notre façon de fonctionner. Nous préférons écouter les besoins et les initiatives des acteurs dans les territoires.

Il y aura aussi des objectifs clairs de santé publique. Je pense à la lutte contre le tabac, contre l'alcoolisme, à la politique de réduction des risques pour les usagers de drogues, sur l'alimentation, sur la pollution, sur la santé environnementale… Il y a une politique très ambitieuse sur ces objectifs. Nous voulons vraiment mettre des moyens dessus.

 

Sur la santé environnementale, avez-vous des engagements précis, notamment sur les perturbateurs endocriniens ?

C'est très bien de dénoncer les perturbateurs endocriniens, mais il faut pouvoir agir. J'étais rapporteur du volet prévention sur la loi de santé. Je voulais faire un gros big bang sur tout ce qui était pollution, santé environnementale…  Mais je me suis aperçu qu'en réalité, cela relève moins de la loi que des moyens. Je considère qu'il faudrait que l'on passe d'une épidémiologie populationnelle à une épidémiologie de l'individu. Il faut être capable d'avoir des démarches individualisées pour des gens qui subissent potentiellement des conséquences sanitaires liées à des problèmes environnementaux. Il faut être capable d'avoir des cohortes et de faire plus de recherche publique sur ces questions. Tout cela de manière complétement indépendante des lobbies.

 

Emmanuel Macron veut faire "évoluer la rémunération de la médecine de ville". Comment ?

Encore une fois, nous ne proposons pas une méthode uniciste dans laquelle nous pourrions créer des services territoriaux. Non. Nous préférons nous dire qu'il y a de l'énergie et des idées dans les territoires. Ce qui manque aujourd'hui, c'est de la liberté pour agir et du temps. Il faut d'abord que nous ouvrions deux grands chantiers. Il y a aura celui du temps médical et au-delà même, du temps de soin. Se posera la question de comment faire en sorte que dans une journée de travail on réduise la part de temps professionnel qui n'est pas destiné à faire de la santé, à savoir charges administratives, complexité des normes… Il faudra sans doute simplifier un certain nombre de dispositions. Le deuxième chantier sera celui des compétences. Si on aborde la question des compétences sous l'angle très restrictif d'un petit acte technique qui ne prend pas beaucoup de temps et que l'on va prendre à un médecin pour le donner à un paramédical, ça ne marche pas. Je le vois bien et je le comprends parfaitement. La question des compétences doit être abordée dans une globalité. Comment est-ce que l'on pense l'interaction entre des médecins et des paramédicaux ? Comment est-ce que l'on pense la montée en compétence d'un certain nombre de paramédicaux intéressés pour cela ? ...

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…