L’auto-promo de la conseillère santé de Macron | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

L’auto-promo de la conseillère santé de Macron

les actions sur les troubles du neurodéveloppement et psychiques et les questions de grand âge et d’autonomie. Ces dernières sont des « non-pensés de la campagne, un choix presque assumé : on ne peut pas tout faire », reconnait la conseillère. « Il y avait (ou non) des choses en germe dans le programme, mais tout n’était pas abouti dans la conception. Nous sommes dans la phase de réalisation ».   

Elle assume aussi là où le bât blesse : la recherche médicale et l’innovation, la prise en charge des sujets santé et environnement, et de la santé en termes de bien-être, telle que définie par l’Organisation mondiale de la santé. Sur ces sujets, le gouvernement « n’a pas la martingale conceptuelle et financière », a-t-elle reconnu, s’invitant à penser les choses différemment.   

«  Minuit moins le quart  »  avant la coercition  

Mais le grand chantier de la présidentielle reste l’accès aux soins. Avec la suppression du numerus clausus, la mise en place des assistants médicaux, la création des CPTS et un début de basculement des financements vers des critères de qualité et de pertinence des soins, Marie Fontanel estime que le gouvernement est sur la bonne voie. « On ne se trompe pas de chemin », a-t-elle notamment déclaré, ajoutant « qu’il faudrait pouvoir aller plus vite, ce qui est difficile sans baguette magique ».   

Interrogée en fin de présentation sur l’articulation entre l’état et les collectivités territoriales, et sur les questions émanant du « Grand débat », Marie Fontanel a tenu à avertir sur la coercition à l’installation. « Nous avons fait le pari de la refuser, pour plein de raisons et parce que nous pensons que ça serait contre-productif », a-t-elle expliqué. « Mais attention ! Nous sommes à minuit moins le quart avant cette bascule. Je suis prête à parier qu’en 2022, si nous n’avons pas démontré avec notre programme qu’on arrivait à changer la donne, ce sera au cœur des programmes présidentiels ». Les professionnels de santé sont prévenus : « Il faudra tout faire sur l’accès aux soins pour éviter que les candidats proposent cette réponse ».   

4 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…