Déserts, hôpital, Sécu : les candidats détaillent leur programme santé | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Déserts, hôpital, Sécu : les candidats détaillent leur programme santé

Yannick Jadot

"L’écologie, c’est la défense de la vie. Quand on veut défendre la vie, on veut protéger la santé. Nous avons un dispositif exceptionnel, qui est cet héritage du Conseil national de la résistance, de droit à la santé, et à la complémentaire."

"Quand on parle de déserts médicaux, on parle de maisons de santé; c’est une articulation entre un système étatique et cette économie sociale et solidaire."

Face à la montée des troubles musculo-squelettiques et des risques psycho-sociaux, le candidat écologiste veut "soigner le travail", en modulant "les cotisations ATMP en fonction de l’adoption d’un plan bien être au travail dans les entreprises" et en renforçant la médecine du travail.

"Il faut rétablir un équilibre: un ouvrier a 7 années d’espérance de vie de moins qu’un cadre quand il prend sa retraite", souligne-t-il. 15 000 cancers peuvent être évités par an, parce qu’ils sont liés à des difficultés de modes de vie, à des régimes alimentaires qui ne permettent pas une bonne santé… "La maladie la moins chère, c’est celle qu’on ne développe pas." Les maladies liées à l’environnement sont en train "d’exploser dans notre société", relève Yannick Jadot : 48 000 morts prématurées en France par an liées au diesel et particules fines

"Faire des économies, ce n’est pas présuriser plus les infirmiers, mais c’est présuriser les lobbys", estime-t-il.

"Il faut modifier les mécanismes de régulation qui touchent au remboursement des soins", en y "ajoutant" les complémentaires santé. 

Environnement et santé vont de pair: en Ile-de-France, les pics de pollution, "ce sont 20 mois d’espérance de vie en moins", avec le développement de maladies chroniques "qui vont être coûteuses".

"Dans notre culture politique française, il y a une forme d'infantilisation des citoyens", juge Yannick Jadot. "Que ce soit dans le suivi du parcours de soins, sur l’installation des médecins, sur les maisons de santé, sur le prix des médicaments… il faut mettre les usagers dans l’organisation."

Cinq mesures de santé publique:
-10% des dépenses de santé allouées à la prévention
-sortir du diesel pour réduire les maladies pulmonaires et les maladies liées aux particules fines
-sortir des pesticides d'ici à 15 ou 20 ans: "C’est protéger la santé des agriculteurs, notre environnement et notre santé. On est le pays de la bonne bouffe, mais l’alimentation est devenue suspecte."
-déserts médicaux: "Il faut des maisons de santé. Je propose aussi des unités de base de premiers soins, sans forcément qu’il y ait un médecin, mais des infirmiers qui peuvent orienter vers un médecin ou un hôpital."
-A l'hôpital, "il ya une souffrance extraordinaire". "Les conditions de travail sont abominables." Il faut supprimer la T2A.

"Dans certains secteurs, on a des dépassements d'honoraires qui ne relèvent plus d’une juste rémunération, mais d’une certaine rente. Il faut négocier avec l’Assurance maladie, les usagers mais aussi les complémentaires."

 

 

L'intervention de Benoît Hamon

L'intervention de Nicolas Dupont-Aignan

L'intervention d'Emmanuel Macron

L'intervention de François Fillon

 

4 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…