Prescription, consultation, prévention… les infirmières veulent s'affranchir des médecins | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Prescription, consultation, prévention… les infirmières veulent s'affranchir des médecins

Prescription, consultation, prévention… les infirmières veulent s'affranchir des médecins

aptes à prélever et collecter les sécrétions et excrétions en prévision des analyses biologiques, réaliser des actes d'évaluation clinique type ECG, prise de sang, etc., poser et retirer des voies veineuses périphériques ou encore des sondes urinaires, le tout sans prescription médicale.

 

Actrices de la prévention

"Défi majeur" de la politique sanitaire, la prévention pourrait s'appuyer sur les infirmières, présentes "à tous les stades de la vie" des patients, souligne l'Ordre. Et de revendiquer la création d'une consultation de prévention (suivi tabagique, éducation en santé…), la possibilité de prescrire des conseils hygiéno-diététiques ou de rééducation simple, de vacciner les adultes sans prescription (pour l'instant seul le vaccin contre la grippe est permis), ou encore l'institution d'un "entretien-bilan" de prévention de la perte d'autonomie pour les plus de 65 ans.

 

Une véritable profession de santé

Aboutissement de cette montée en compétences, l'Ordre infirmier réclame une modification du code de la santé publique "pour ne plus considérer l'infirmier comme 'auxiliaire médical' mais comme professionnel de santé à part entière".

L'instance demande enfin l'établissement de seuils minimaux d'infirmières par nombre de patients dans chaque activité de soins et souhaite la création de départements de sciences infirmières au sein des universités.

 

La réponse de la ministre

Destinataire de ce livre blanc, Agnès Buzyn a reconnu que la profession, "adorée des Français", est un "atout pour améliorer la qualité des soins" et sera amenée à "jouer un rôle majeur dans l'éducation thérapeutique des patients", que les médecins n'ont "pas le temps de faire". Face à Patrick Chamboredon, président de l'ONI, elle a rappelé les mesures déjà prises en faveur des infirmières (création de l'IPA, délégation de tâches aux urgences, primo-vaccination contre la grippe…) et les a exhortées à la patience.

Dans leur quête d'indépendance, les infirmières pourront en tout cas compter sur le soutien actif du Pr Guy Vallancien, grand défenseur d'un transfert "massif" d'actes aux infirmières.

42 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…