"La vaccination est un homicide involontaire" : la nuisance des anti-vaccins | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"La vaccination est un homicide involontaire" : la nuisance des anti-vaccins

vis-à-vis de la vaccination : "l’introduction de substances toxiques dans un corps sain reste suspecte". Pour le sociologue, les mouvements d’aujourd’hui demeurent minoritaires, mais ils trouvent sur Internet et via les réseaux sociaux une caisse de résonance inédite.

En mai dernier, le Pr Henri Joyeux, cancérologue, lançait une pétition sur Internet contre Infanrix hexa (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, hépatite B et Hæmophilus influenzæ) et pour le retour du DT-Polio. Hébergé sur le site d’une association belge, l’Institut pour la protection de la santé naturelle, le texte a recueilli plus de 530 000 signatures en dix jours.

Le 14 janvier dernier, l’ex-médecin homéopathe Marc Vercoutère a été condamné pour exercice illégal de la médecine. Pour la quatrième fois. Marc Vercoutère n’est plus inscrit à l’Ordre depuis 1992, mais continue de délivrer des certificats de contre-indication à la vaccination. "Cette nouvelle condamnation ne va rien changer à ma pratique. Je n’ai pas le droit de refuser de porter assistance à une personne en danger", assure l’ancien médecin installé à Pau (Hautes-Pyrénées). Ce dernier certificat, il l’a délivré à la demande d’une famille de Strasbourg, qui a fait le déplacement après avoir eu connaissance des services de Marc Vercoutère. "Il m’a connu parce que je transmets des informations par mon association, par Internet... Le médecin doit donner une information appropriée au patient afin qu’il donne son consentement éclairé. Moi, j’apporte cette information puisque la France est le royaume de la pensée unique. La vaccination doit être assimilée à la mise en danger de la santé d’autrui par l’administration de substances toxiques. C’est une forme d’homicide involontaire", assure celui qui est aussi président de l’Association liberté information santé (Alis).

 

La théorie du complot

"Il y a deux types de personnes méfiantes par rapport à la vaccination. Il y a les sceptiques, qui alertent sur les dangers potentiels de l’aluminium ou sur les liens entre hépatite B et sclérose en plaques. Souvent regroupés en associations, ils veulent peser dans le débat, être entendus mais ne sont pas opposés au principe de la vaccination. Et puis il y a les anti-vaccins. Ils sont 2 ou 3 % de la population. Ce sont les plus actifs, ils ont un discours très radical où la liberté individuelle prime sur la responsabilité collective", analyse Sandrine Hurel, auteur d’un rapport sur la rénovation de la politique vaccinale pour le ministère de la Santé. "Ces gens-là sont des adeptes de la théorie du complot. Ce sont des gens que l’on ne peut pas atteindre,...

7 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…