Gestion du Covid, médecins dans les médias, Raoult… Le président de l'Ordre remet les pendules à l'heure | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Gestion du Covid, médecins dans les médias, Raoult… Le président de l'Ordre remet les pendules à l'heure

raconter leur propre histoire du Covid. Pour ce faire ils ont sollicité beaucoup de professionnels plus ou moins habitués à rencontrer les médias et dont beaucoup sont tombés dans cet espèce de piège et de miroir lumineux qui consiste à s'écouter parler. Non ! Quand on est médecin, on ne s'écoute pas parler. On réfléchit à ce que l'on donne comme information et on ne fait pas des médias un tremplin personnel. On a une responsabilité déontologique, il faut la respecter et l'assumer. Dès lors qu'on s'en écarte, il ne faut pas s'étonner d'être convoqué et d'avoir à s'expliquer déontologiquement de ce qu'on a été amené à dire ou à faire.

 

Concrètement, ces rendez-vous ont-ils déjà eu lieu ?

Oui tout à fait. Il y a déjà des plaintes qui sont pré-établies. J'ai moi-même décidé de proposer un certain nombre de dossiers qui seront examinés par les sessions du Cnom. Les conseils départementaux et le conseil national sont très vigilants sur ces contenus de parole. Notre problème n'est pas de censurer l'expression mais de dire à nos confrères, attention à la responsabilité que vous portez. Lorsque volontairement vous prenez des libertés avec la déontologie, vous aurez à vous en expliquer.

 

Quelles sont les sanctions encourues ?

C'est le problème de la chambre disciplinaire. Je ne vais pas préempter des sanctions. L'Ordre défère des praticiens et les chambres disciplinaires présidées par des magistrats qui ne sont pas médecins, délibèrent et prennent des décisions qui sont des condamnations allant du blâme à la radiation.

 

Que faire avec les médecins qui sortent du cadre réglementaire quant à leurs prescriptions, notamment pour traiter le Covid ?

C'est une réponse de même nature. La réglementation est très claire. La façon dont un médecin peut s'extraire et faire des prescriptions autonomes à partir de médicaments qui ont d'autres utilisations est très clairement établie. Le médecin doit assumer en totalité la responsabilité de ses prescriptions, ses conséquences, les conditions dans lesquelles il les a mises en œuvre, les conditions dans lesquelles il a obtenu l'accord après information du patient et le fait qu'elles ne sont pas ouvertes à un remboursement par l'Assurance maladie. Cela fait beaucoup de principes à respecter pour mettre en œuvre une prescription qui s'éloigne de l'autorisation de mise sur le marché. Nous avons rappelé aux médecins ces règles. Dès lors que certains d'entre eux ont pu être en contravention avec la déontologie, ils ont été convoqués par les conseils départementaux. Il y aura des médecins qui devront rendre compte, sur le plan disciplinaire, de la façon dont ils ont utilisé cette liberté de prescription qui est encadrée.

Quelle est votre position à l'égard du Pr Raoult ? L'Ordre a été saisi à son sujet…

L'Ordre des médecins fait pour le Pr Raoult comme pour tous les médecins inscrits au tableau. La notoriété ne change rien à l'analyse déontologique des choses. Le Pr Raoult est actuellement dans un espace dans lequel l'institution ordinale l'a convoqué et va être amenée à prendre un certain nombre de décisions.

 

Quand ces décisions seront-elles prises ?

Ces décisions relèvent de la voie juridique. Je ne veux pas, que par des propos maladroits, cette voie juridique puisse être contestée. Dès lors que le Pr Raoult, comme les autres médecins, aura les informations du conseil départemental et/ou national, nous pourrons le confirmer.

 

"Il n'y a pas de messie dans cette affaire"

 

Comment analysez-vous cette position du Pr Raoult qui est devenu un dieu vivant pour certains Français ?

Je ne l'analyse pas puisque nous sommes dans une situation de procédure. Je dis de façon générale qu'il n'y a pas de messie dans cette affaire. Si nous avions une réponse univoque, nous serions tous derrière. Il ne faut pas aujourd'hui promettre à la population une réponse qui n'est pas stabilisée et satisfaisante. Nous nous battons tous au quotidien pour sauver des vies. C'est cela qui est important et pas de paraître ou d'apparaître. Je ne fais pas de procès personnel, je...

21 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…