Le directeur d’un hôpital de Saône-et-Loire limogé en pleine épidémie de coronavirus | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Le directeur d’un hôpital de Saône-et-Loire limogé en pleine épidémie de coronavirus

Alors que l’épidémie de Covid-19 touche de plein fouet l’hôpital de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), le directeur du centre hospitalier a été limogé, vendredi 10 avril. La directrice des soins infirmiers a, quant à elle, été suspendue.
 

C’est dans un communiqué que la direction du GHT (Groupement hospitalier de territoire Saône-et-Loire Bresse Morvan) a annoncé la nouvelle, vendredi 10 avril. Alors que l’épidémie de Covid-19 touche particulièrement l’hôpital de Montceau-les-Mines, le directeur délégué du centre hospitalier a été limogé et la directrice des soins infirmiers suspendue par leur hiérarchie.

"Dans ces temps difficiles, l'intérêt général des patients et des agents de l'hôpital demande, encore plus qu'en temps ordinaire, une infaillible cohésion, un maximum d'échanges, de transparence, de confiance et de liens entre établissements [...] Cette confiance est nécessaire partout et encore davantage dans les équipes de direction. Or ce n'était plus le cas à Montceau-les-Mines depuis quelques temps déjà", a déclaré le GHT dans son communiqué.

Interrogée par France 3 Bourgogne-Franche-Comté, la directrice du GHT, Christine Ungerer, a justifié cette décision par des divergences avec le directeur délégué du centre hospitalier et la directrice des soins infirmiers. Désaccords qui seraient, par ailleurs, apparus bien avant l’épidémie. “J'ai souhaité reprendre en direct la gestion de cette crise dans cet établissement car nous n'avions pas forcément les mêmes points de vue”, a-t-elle expliqué, précisant qu’elle ne souhaitait en aucun cas les rendre “responsables” de l’épidémie dans l’établissement.

 

Sept décès dans l’Ehpad du centre hospitalier

La situation s’est, en effet, particulièrement dégradée ces dernières semaines. Actuellement, 40% des patients d’un service des soins de suite et de réadaptation (SSR) de l’hôpital, fermé vendredi par le GHT, “sont suspicion Covid ou confirmés”. Ces malades ont été déplacés vers des unités spécialisées du territoire. Dans l’Ehpad, rattaché au centre hospitalier, 24% des résidents seraient également suspicion Covid ou confirmés. Sept résidents ont d’ores et déjà perdu la vie.

Plusieurs décisions et mesures ont, par ailleurs, été prises par le GHT pour endiguer l’épidémie. Dans l’Ehpad, les malades vont être regroupés sur un seul secteur et les équipes réorganisées par unité pour éviter les contaminations personnels–résidents, note France 3. Des renforts en personnels sont également prévus grâce au soutien des étudiants des écoles d’aides-soignants et d’infirmiers, mais aussi des professionnels de terrain.

Selon une source au sein du Conseil interdépartemental de l'Ordre des infirmiers Nièvre-Saône-et-Loire, des infirmières libérales avaient notamment alerté l'ARS sur la situation. Celles-ci reprochaient à la direction de l'hôpital d'avoir renvoyé chez à leur domicile des malades du service de SSR sans les en informer.

 

[avec AFP et France 3 Bourgogne-Franche-Comté]

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…