Enquête pour homicide involontaire après la découverte du corps en décomposition d'un patient à l'hôpital de Marseille | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Enquête pour homicide involontaire après la découverte du corps en décomposition d'un patient à l'hôpital de Marseille

Ce patient de 73 ans, atteint de la maladie d’Alzheimer, était porté disparu depuis plus de deux semaines. Son corps a été retrouvé mardi en état de décomposition dans une partie inutilisée du sixième étage de l’hôpital de la Conception de Marseille. 

 

Mardi 3 septembre, plusieurs patients de l’hôpital de la Conception (Assistance publique - Hôpitaux de Marseille) se sont plaints d’une odeur nauséabonde dans les couloirs. Après des recherches dans tous les étages, un corps sans vie et en état de décomposition a été retrouvé dans une unité désaffectée du sixième étage.

Il s'agit de la dépouille d’un patient septuagénaire, disparu le 19 août dernier alors qu’il attendait une séance de chimiothérapie. L'autopsie menée mercredi "n'établit pas l'intervention d'un tiers", a précisé à l'AFP le procureur de Marseille, Xavier Tarabeux. Une enquête a été lancée pour déterminer les circonstances exactes de la mort. Elle est conduite sous le chef d'homicide involontaire.

Le patient, âgé de 73 ans, père de six enfants et souffrant de la maladie d’Alzheimer, était venu seul en taxi jusqu’à l’hôpital depuis sa maison de retraite. Depuis sa disparition, ses proches le recherchaient dans tout Marseille, allant jusqu’à afficher des centaines d’avis de recherche.

 

Plainte pour "délaissement" d'une personne vulnérable

Avant même la découverte du corps, son fils a décidé de porter plainte contre l'hôpital et son service d'oncologie pour "délaissement" d'une personne vulnérable. Selon lui, tout n'a pas été mis en œuvre pour retrouver son père à temps : "La directrice de l'établissement m'a dit qu'elle avait fouillé partout. Moi, je suis passé d'étage en étage. Je demandais au service des infirmières s'ils avaient retrouvé mon père et les femmes des services me disaient qu'elles n'étaient pas au courant, qu'elles ne savaient pas que quelqu'un avait disparu". Très choqué, il ajoute : "Je suis dégoûté, écœuré, parce que mon père ne méritait pas de mourir dans des circonstances comme ça. (...) Ils l'ont fait mourir comme un chien, et ils l'ont oublié. Que des personnes laissent mourir une personne comme ça, j'arrive même pas à y croire."

De son côté, l'AP-HM, régulièrement confrontée à des fugues de patients, assure avoir...

12 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…