Dépenses de santé : le privé non lucratif se sent le dindon de la farce | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Dépenses de santé : le privé non lucratif se sent le dindon de la farce

La Fehap, qui représente les établissements de santé à but non lucratif, a décidé d'attaquer en justice les arrêtés tarifaires 2019. Motif : pour la deuxième année consécutive, le gouvernement a décidé de rogner sur le crédit d'impôt normalement alloué au secteur. Manque à gagner : plus de 60 millions d'euros. Le privé à but non lucratif se sent spolié. Alors que la hausse annoncée des tarifs hospitaliers (+ 0,5 %) lui promettait, comme pour les hôpitaux publics, un peu d'air par rapport à l'année dernière, le gouvernement vient de...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…