"Je vous ai enlevé l'utérus, mais c'est pas grave" : les violences gynéco affichées sur les vitres des hôpitaux | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Je vous ai enlevé l'utérus, mais c'est pas grave" : les violences gynéco affichées sur les vitres des hôpitaux

Dans la nuit du 7 au 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le collectif Insomnia a dénoncé les violences obstétricales et gynécologiques en ciblant cinq hôpitaux parisiens. Sculptures de vulves plantées de forceps, projection de peinture rouge, affiches reproduisant les dérapages verbaux de médecins… Les devantures des maternités et services gynécologiques des hôpitaux Tenon, Robert-Debré, Bichat, Saint-Joseph et Lariboisière ont été pris pour cible par les militantes du collectif de "veille antisexiste" Insomnia dans la nuit du 7 ou 8 mars. "L'externe, elle aime quand...
6 commentaires

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…