"Né sous Vichy" : quand le sombre passé de l’Ordre des médecins resurgit | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Né sous Vichy" : quand le sombre passé de l’Ordre des médecins resurgit

qu’il a fallu pour que la République française elle-même fasse repentance sur la Rafle du Vel d’Hiv… 

 

Y avait-il des raisons propres au corps médical pour que le tabou n’ait été brisé qu’en 1997 ? Le fait est que les membres du Conseil de l’Ordre de l’époque sont demeurés dans les institutions médicales… 

C’est la question qui se pose de manière générale pour la France d’après-guerre. Vous remarquerez que dans l’Ordre de 1944-1945, on a retrouvé un certain nombre de membres de l’Ordre de 1942 et 1943. Il y a eu dans l’Ordre de cette époque des médecins qui ont été reconnus par la Résistance à la fin de la guerre comme ayant été des acteurs de la lutte contre l’occupant. Tout cela est une histoire très complexe. 

Alors est-ce qu’il y a eu de la part de certains médecins, comme il a pu y avoir de la part de certains industriels ou de certains acteurs politiques, de valider leur présence comme combattants plutôt que comme administrateurs de l’Occupation ? Là encore, je n’étais pas né, je ne peux pas interpréter. Mais je sais que beaucoup des membres de l’Ordre ont été reconnus comme des acteurs de la Resistance. Rien n’est blanc, rien n’est noir. 

 

Comment expliquer que 80 ans après, la naissance de l’Ordre sous Vichy soit encore l’un des principaux arguments des opposants à l’institution pour contester ses actions ou demander sa dissolution ? 

C’est une question que je continue de me poser… Pourquoi la France cherche-t-elle désespérément à se plonger dans une explication passéiste sur une institution ? Qu’y a-t-il de comparable entre moi, qui suis petit-fils de résistant mort à Auschwitz, président du Conseil national de l’Ordre et ceux qui étaient à l’époque géraient l’institution ? Moi je suis un homme du 21e siècle. Cette institution est aujourd’hui plongée au cœur du système de santé et elle a le droit, comme les autres, d’être regardée comme ayant évolué, muri, s’étant renforcée. On ne changera pas les faits : l’Ordre d’aujourd’hui est né en 1945 d’une volonté d’avoir un ordre démocratiquement élu responsable d’une mission de service public et pour moi, cette inscription dans la vie de la République française et dans la nécessité de reconstruire la France d’après-guerre, est l’élément majeur de la mutation institutionnelle. On ne changera pas les réalités : effectivement il y a un ordre en 1942-3… Mais crache-t-on sur les allocations familiales au prétexte que ce serait Pétain qui les a mises en place ? Il faut savoir vivre avec l’histoire, reconnaître ses responsabilités et être acteurs de son époque.

32 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…