"Médecins, chirurgiens et apothicaires" : épisode 3 | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Médecins, chirurgiens et apothicaires" : épisode 3

Si les traités de médecine et de chirurgie du XVIIIe siècle recèlent les racines de la "clinique française", il n’est pas toujours simple ou aisé de les consulter. Ensemble, remontons le temps, à l’aide de ces extraits d’ouvrages anciens, à la fois instructifs, révélateurs, et parfois distrayants. Une rubrique à découvrir sur Egora tous les mois.
 

Cet article est rédigé par le Pr Jean-Claude Nouët, ancien PU-PH et vice-doyen de La Pitié-Salpêtrière (AP-HP). 

 

L'extrait : "À toutes vapeurs !"

Consultation entre médecins de l’université de Montpellier sur des vapeurs convulsives(1).

"Les vents que le malade rend en quantité par haut et par bas, les legers vertiges, les douleurs qu’il sent successivement en différentes parties, les mouvements convulsifs des muscles des lèvres, des bras, des doigts, démontrent évidemment qu’il est attaqué de vapeurs convulsives. Pour soulager le malade il faut rectifier les digestions, détremper et adoucir le sang qui est sec et résineux, & par là diminuer la tension des nerfs. Pour cet effet, le malade se purgera, ensuite il prendra pendant dix jours des bouillons faits avec un jeune poulet, trois dragmes(2) de racine de pivoine mâle, deux écrevisses de rivière, une poignée de chicorée, autant de cresson, dix cloportes ; ensuite le malade prendra pendant douze jours le petit lait clarifié rendu stomachique, cloportisé, ferré et sucré, et de deux jours en deux jours le bol suivant : douze grains de poudre de gutte, de racine de valériane sauvage, de poudre de cloportes, également de chacune, dans une suffisante quantité de sirop d’absynthe. Après l’usage du petit lait, le malade se repurgera et prendra ensuite le lait d’ânesse jusqu’au mois de juillet. Au mois de juillet le malade prendra pendant huit jours le demi-bain domestique, et même le bain entier ; s’étant reposé quatre jours il boira pendant huit jours les eaux de la Marquise de Vals coupée avec un tiers d’eau de fontaine ordinaire ; il en prendra chaque jour deux bons pots dégourdis au bain-marie dans l’espace de deux heures, prenant un bouillon ordinaire une heure après avoir bu les eaux. S’étant reposé quatre jours, il reprendra les eaux de Vals pendant huit jours puis les bains domestiques pendant neuf jours. Dès que l’automne sera venu, le malade se fera saigner et purger, & prendra ensuite les remèdes de printemps. Il se nourrira avec des soupes à la viande, […] du mouton, du veau, de l’agneau, de bon gibier, et surtout de bonne volaille engraissée, il boira le vin bien trempé, évitera les excès, les veilles, les fatigues ; il tachera de se dissiper par la compagnie, et surtout, on est d’avis qu’il fasse un exercice modéré."

(1). Consultations choisies de plusieurs médecins célèbres de l’université de Montpellier sur des maladies aiguës et chroniques, 1750, Paris, chez Durand, rue Saint-Jacques, et chez Pissot, quai de Conti. 

(2). Environ 10 g.

 

Décryptage

Au début du XVIIIe siècle, à Montpellier, des médecins ont instauré des consultations en commun. Un millier ont été publiées en dix volumes en 1750 : imprégnées des dogmes et principes de l’époque, elles ignorent les progrès de la science en physiologie et physiopathologie. La circulation sanguine avait été démontrée en Angleterre par William Harvey en 1628 : en France, un siècle après, la « Faculté » défendait aveuglément le dogme de la fabrication constante du sang, le mauvais devant être évacué par des saignées stimulant son renouvellement. 

Les traitements n’étaient que des recettes...

4 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…