Theo Morell, le médecin dealer d'Hitler | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Theo Morell, le médecin dealer d'Hitler

24 000 pilules d’opioïdes, principalement de l’Eukodal. Les somnifères sont également un vrai fléau social au point que le même Conti, en avril 1940, estime que « la consommation est devenue aujourd’hui tellement importante qu’il va nous falloir réagir ».

 

Un patient difficile

À partir du mois d’août 1941, Adolf Hitler sollicite quotidiennement le docteur Morell, qui se doit d’être à l’entière disposition de son « Patient A ». Le docteur tient, selon les années, un agenda qu’il noircit quatre jours par page, d’une écriture brouillonne et illisible. Il y décrit sommairement ses visites, précisant le pouls et la condition physique et psychologique du Führer, ainsi que le traitement administré. Mais les données sont lacunaires. Parfois, il mentionne « injection habituelle » ou « x », ce qui rend complexe l’analyse au quotidien des substances prescrites. Certains jours, il note simplement : « pas de traitement ».

Hitler est un patient difficile qui refuse quelquefois de se soumettre à certains examens médicaux, tels des scanners, ou aux recommandations d’hygiène de vie élémentaires. Morell lui enjoint de faire des marches quotidiennes et de se reposer davantage mais ses conseils ne sont pas suivis. Nombreuses sont les nuits où il ne dort qu’entre deux et cinq heures, parfois moins, et il ne fait plus que quelques pas pour promener sa chienne « Blondie ».

La dégradation physique du Führer coïncide avec le déclin du IIIe Reich. L’année 1941 marque un tournant décisif dans la guerre. Le conflit devient mondial et le génocide des juifs s’amplifie. L’Angleterre de Churchill a décidé de poursuivre le combat, les États-Unis sont entrés en guerre et l’invasion de l’Union soviétique, initiée par l’opération Barbarossa, déclenchée le 22 juin 1941, va rapidement tourner au fiasco pour le Reich.

L’Allemagne est désormais engagée sur deux fronts et les nerfs d’Hitler sont à rude épreuve. Depuis le 24 juin, pour être au plus près des opérations, il a rejoint la « Tanière du Loup », un lieu insalubre, humide, froid, dont l’air est vicié et l’eau polluée. Il y restera plus de quatre mois. Morell s’y rend également et relate dans son journal que pour la première fois son patient est alité. Il est atteint d’une forte dysenterie avec des crampes d’estomac, de la fièvre, ainsi que des tremblements et des bourdonnements d’oreilles. Sa tension passe à 170 mm alors que, normalement, elle est en moyenne à 143 mm, et son pouls de 72 pulsations par minute à 92. Il dort de moins en moins. Il est parfois si sensible qu’il repousse son injection habituelle. « Je ne l’ai jamais vu si hostile à mon égard », précise son médecin le 8 août 1941. Morell peut désormais étudier son patient au quotidien et il estime que les maladies d’Hitler sont psychiques, mais il se contente de lui parler « d’inflammation des nerfs », ou de névrite. À la fin du mois, sa santé s’améliore mais son médecin le conjure de quitter cet endroit malsain. À l’hiver, alors que la Wehrmacht se trouve dans les faubourgs de Moscou, l’armée Rouge lance une première contre-offensive victorieuse. Après s’être fourvoyé sur les intentions de l’Allemagne, Staline reprend la main. À la fin de l’année, de nombreux hauts gradés du Reich décèdent ou sont relevés de leurs fonctions pour problèmes de santé.

 

"Tous perdent leurs nerfs"

Au cours de l’année 1942, la dégradation se poursuit : « Combien ces trois mois ont miné mes forces nerveuses… parce que tout a échoué, je suis...

6 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…