Grippe espagnole : les zones d'ombre de la pire pandémie de l'Histoire | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Grippe espagnole : les zones d'ombre de la pire pandémie de l'Histoire

voulez une “marque”, ce sera 20 ou 25 F. De plus, vous ne pouvez acheter moins de 2 l à la fois – excellente mesure n’est-ce pas contre l’alcoolisme. Les médicaments sont quasi introuvables. Quant au médecin, difficile d’en trouver un."

En l'absence de vaccin, la seule option prophylactique valable consistait à imposer des quarantaines et former des cordons sanitaires autour des foyers épidémiques en contrôlant, voire en interdisant, la circulation comme au temps du choléra. Mais les autorités ont renoncé à toute politique autoritaire. "Il n'était pas question d'empêcher la circulation des troupes, notamment américaines, développe Anne Rasmussen. Pour garder le moral des populations et des troupes, les états-majors ont préféré maintenir les permissions." Pour la spécialiste, ce choix révèle un tournant dans l'histoire de la contagion. Les hygiénistes et bactériologistes l'ont bien compris : "La grippe se joue de toutes les barrières. On voit apparaître des foyers quasiment ex nihilo, alors qu'on sait qu'en bactériologie ce n'est pas possible. Restreindre la circulation n'aurait fait que rendre la situation encore plus difficile."

La pandémie révèle tout de même les failles de la politique sanitaire française. La France est en retard par rapport aux Etats-Unis : la première grande loi de santé publique ne date que de 1902. "La Première Guerre mondiale souligne le conflit de compétences entre le ministère de la Guerre, de l'intérieur et les autorités locales. Il y a un gros problème de coordination, que l'épidémie de grippe rend encore plus manifeste", relève Anne Rasmussen. Deux ans plus tard, nait le ministère de l'Hygiène, de l'Assistance et de la Prévoyance sociale, ancêtre du ministère de la Santé.

 

  • Un bilan dramatique

C'est la grande inconnue. On estime que 50% de la population mondiale aurait été infectée. Seules quelques régions et îles, comme Samoa et Sainte-Hélène, ont été épargnées. La pandémie aurait fait entre 50 et 100 millions de victimes dans le monde, mais...

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…