Un médecin soupçonné d’agressions sexuelles sur quatre patients en psychiatrie | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Un médecin soupçonné d’agressions sexuelles sur quatre patients en psychiatrie

Un médecin du centre hospitalier d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) est soupçonné d’avoir agressé sexuellement quatre patients de la clinique psychiatrique de Fleury-Joseph Crépin entre 2016 et 2018. Une enquête est en cours.

En juillet 2018, l’un des généralistes du centre hospitalier d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) qui intervient pour des soins somatiques à la clinique psychiatrique de Fleury-Joseph Crépin est suspendu et démis de ses fonctions. Plusieurs signalements d’abus sexuels poussent la direction de la clinique à prendre cette décision immédiate.

Le médecin, bien connu des Héninois puisqu’il a été membre actif du don du sang pendant des années, est accusé par quatre patients en psychiatrie. L’homme, âgé d’une cinquantaine d’années et père de famille, aurait notamment pratiqué une fellation à un patient schizophrène, alors qu’il le massait. Une autre victime indique avoir été masturbée par le praticien.

Selon certaines victimes, toutes des hommes, plusieurs soignants auraient eu connaissance des agissements du médecin mais ne les auraient pas signalés. L’une d’elle explique à La Voix du Nord : “Une soignante m’a dit que ce que j’avais subi, c’était une pratique courante, qu’il ne fallait pas s'inquiéter.” Plusieurs personnels ont été mis en examen.

Lors de sa garde à vue, le médecin reconnaît avoir pratiqué une fellation à un patient, précisant avoir été saisi par une “pulsion”. Il nie toutefois l’accusation de masturbation. Aux enquêteurs, il  confie par ailleurs avoir entretenu une relation “régulière” avec un patient traité pour une dépression sévère, et ce, pendant une année.

Une autre enquête pour des faits similaires

L’homme est mis en examen le 10 octobre 2018 pour “agressions sexuelles sur des personnes vulnérables par personne abusant de l’autorité de sa fonction”. Il est ensuite placé sous contrôle judiciaire et interdit d’exercice. A ce jour, quatre personnes ayant séjourné entre 2016 et 2018 à la clinique ont porté plainte et se sont constituées partie civile.

L’avocat du médecin aurait demandé la levée du contrôle judiciaire en novembre dernier. Une demande aussitôt rejetée par la cour d’appel de Douai. Selon La Voix du Nord, l’instruction, débutée il y a plus de deux ans, est toujours en cours. Une enquête mettant en cause le même praticien aurait également été ouverte par le parquet de Lille pour des faits similaires.

 

[avec La Voix du Nord]

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…