Angioplasties injustifiées, revenus record… Deux cardiologues suspendus de leur activité libérale | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Angioplasties injustifiées, revenus record… Deux cardiologues suspendus de leur activité libérale

les deux cardiologues. Cette méthode consistant à traiter en plusieurs fois, et surtout plusieurs hospitalisations, les différentes lésions, sans aucune justification médicale". En clair, des patients ont subi trois, quatre voire cinq interventions quand une seule ou deux auraient suffi selon le Gaci.

Ces activités procuraient aux praticiens d'importants revenus. "On a constaté un chiffre d’affaires hors norme. Les revenus globaux de cette personne, qui n’exerçait qu’à temps partiel, étaient surprenants puisqu’il figurait dans le top 10 des revenus des cardiologues libéraux de la région. Il percevait trois fois la moyenne régionale", indique le Dr Michel Matas, médecin conseil à la CPAM au sujet d'un des deux praticiens.

Suite à cette inspection, l'Agence régionale de santé a ordonné en août dernier que les deux cardiologues du CHRO mis en cause soient suspendus de leur activité libérale. L'un pour un an, l'autre pour six mois. Ils contestent tous les deux cette décision et ont déposé un recours. Les deux médecins ne peuvent plus pratiquer d'angioplasties coronaires à l'hôpital d'Orléans jusqu'à nouvel ordre. "Choqués", les deux praticiens contestent fermement les faits qui leur sont reprochés, point par point. Ils ont déposé un recours.

Dans un entretien à la République du Centre, ils justifient leurs pratiques et déplorent un rapport à charge. "Pour moi, quand on travaille bien et beaucoup on doit être récompensés, pas sanctionnés. J'ai été très déstabilisé par cette histoire. J'ai été arrêté pendant trois semaines pour syndrome dépressif. J'avais demandé à avoir un peu de repos mais aujourd'hui je ne suis pas contre reprendre mon activité. J'avais la tête dans le guidon. Je regrette que quelqu'un ne m'ait pas ouvert les yeux de façon plus confraternelle que ce rapport à charge. On se sent poussés vers la sortie. Mais on n’a rien à cacher", témoigne l'un des cardiologues.

Le conseil régional de l'Ordre des médecins a été saisi, ainsi que la Caisse primaire d'Assurance maladie.

 

[Avec larep.fr et francebleu.fr]

 

14 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…