Il attribuait sa sclérose en plaque au vaccin H1N1: un médecin débouté | egora.fr
PUB

Dossiers du moment

Vous êtes ici

A+ A-

Il attribuait sa sclérose en plaque au vaccin H1N1: un médecin débouté

Un ancien praticien du CHU de Brest estime que sa sclérose en plaques est liée à sa vaccination professionnelle contre la grippe H1N1 en 2009. Mais pour la justice, le lien n'est pas établi. 

L'affaire était jugée devant la cour administrative d'appel de Nantes. Un ancien médecin du CHU de Brest réclamait à l'Etat 725 000 euros de dommages et intérêts : pour ce dernier en effet, sa sclérose en plaques, diagnostiquée en 2012, a été provoquée par le vaccin contre la grippe H1N1, effectuée dans le cadre de ses fonctions en 2009.  

Son avocat a mis en avant la "proximité temporelle immédiate" entre la vaccination et l'apparition des premiers signes de fatigue "dès les premiers mois de 2010". Il a également souligné devant les magistrats que l'âge, le sexe et l'origine géographique de son client "l'écartent des groupes risquant de développer une sclérose en plaques". 

Mais la cour d'appel, comme le tribunal administratif de Rennes avant elle, a jugé que le lien de cause à effet n'était pas établi, en ce basant sur les conclusions de l'expert désigné par l'Oniam. A noter que quatre cas de SEP ont été observés chez les personnes vaccinées après à la campagne de 2009. 

[Avec Le Télégramme] 

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…