Fin du procès Mediator : ce qu'il faut en retenir | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Fin du procès Mediator : ce qu'il faut en retenir

d'avoir été attentistes. Ils sont conscients qu'ils ont été mauvais sur l'appréciation du risque, en se reposant sur  l'autorité sanitaire." 

Me de Castro considère que l'Agence du médicament avait "les données essentielles en mains, au plus tard en 1999". Dès 1995, elle avait placé sous enquête de pharmacovigilance le Mediator, du fait de sa parenté chimique avec l'Isoméride et le Ponderal, retirés du marché en raison de leurs graves effets indésirables. Jamais un médicament n'a été retiré du marché pour son appartenance "à une même famille chimique", a relevé François de Castro. De même, l'appréciation du risque par l'Agence du médicament ne souffre "d'aucun atypisme": d'autres médicaments avec des signaux de risque "bien plus alarmistes" ont été suspendus encore plus tardivement. Mais pour le défenseur des laboratoires, cette enquête, puis celle lancée au niveau européen à la fin des années 1990, devaient "contribuer à l'émergence d'un signal de risque" ; elles ont finalement "rassuré tous les acteurs" sur le Mediator. 

L'ANSM, également sur le banc des accusés, a quant à elle reconnu une "part de responsabilité" pour avoir tardé à retirer le médicament du marché, en novembre 2009, après l'alerte médiatique d'Irène Frachon. Dans le volet "conflits d'intérêts" du procès, 200.000 euros ont été requis contre l'ANSM. Des amendes et des peines de prison avec sursis ont par ailleurs été demandées contre d'anciens cadres et experts des autorités de santé dont Jean-Michel Alexandre, ancien grand ponte de la pharmacologie et haut cadre de l'Agence du médicament, devenu "conseiller personnel" de Servier juste après son départ.  

Le jugement sera rendu le 29 mars 2021. 

[avec AFP] 

2 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…