Implants Essure : quatre femmes menacent de porter plainte contre l'État | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Implants Essure : quatre femmes menacent de porter plainte contre l'État

Quatre anciennes porteuses du dispositif contraceptif Essure ont adressé une demande en "fin de semaine passée" à Agnès Buzyn pour qu'elle "reconnaisse la faute de l'État" et qu'elle "les indemnise".
Quatre anciennes porteuses du dispositif contraceptif Essure ont adressé une demande en "fin de semaine passée" à Agnès Buzyn pour qu'elle "reconnaisse la faute de l'État" et qu'elle "les indemnise". Selon elles, le dispositif est responsable de multiples pathologies. Sans réponse de la ministre dans un délai de deux mois, elles porteront plainte contre l'État.
 

Les patientes réclament notamment une étude indépendante et des indemnisations. "Les victimes prouvent aujourd'hui le caractère toxique des implants Essure et elles agissent contre l'État car cette toxicité aurait pu et aurait dû être décelée dès avant la mise sur le marché de ces dispositifs", a déclaré leur avocat, Me Stephen Duval, dénonçant une "profonde carence de l'État dans sa mission de contrôle et de police sanitaire".

 

 

Les quatre femmes et leur avocat ont adressé une demande en "fin de semaine passée" à la ministre de la Santé Agnès Buzyn pour qu'elle "reconnaisse la faute de l'État" et qu'elle "les indemnise", a ajouté Me Duval. Sans réponse de la ministre dans un délai de deux mois, une procédure sera introduite devant le tribunal administratif.

Les quatre patientes ont réalisé, à leurs frais, auprès du laboratoire Minapath basé à Villeurbanne, près de Lyon, des analyses qui "prouvent la toxicité des implants". "C'est vraisemblablement la soudure qui est en cause, elle subit une forte érosion en relâchant dans les trompes des particules nocives au rang desquelles de l'étain", a précisé l'avocat. Ces analyses sont "concordantes avec les données des études précliniques réalisées au début des années 2000", a dénoncé l'avocat.

Une des plaignantes, le Dr Françoise Vanmuysen, chirurgien de profession, a réclamé au ministère de la Santé pour les victimes notamment "un protocole de recherche adapté et indépendant", une "prise en charge sur le plan somatique (...) et...

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…