"Avec les maisons de santé, on aspire les médecins qui exerçaient dans les petits patelins" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Avec les maisons de santé, on aspire les médecins qui exerçaient dans les petits patelins"

inciter l’effection. Ce système de forfaits est incompréhensible [voir notre article du 30 juillet 2021 sur l’accord sur l’avenant 9 à la convention]. Les rémunérations sont insuffisantes pour inciter les médecins à s’engager. Trouver des régulateurs en journée avec les tarifs qu’on nous propose, là aussi, c’est mission impossible. 

 

Globalement, vous estimez que le “tout forfaits” peut nuire à l’offre de soins. Pourquoi ? 

Il y a quinze ans, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) nous donnait “premier système de santé au monde”. On avait un hôpital centré sur son cœur de métier, l’excellence et l’hospitalisation. Et puis, on a voulu qu’il fasse tout. En ville, on a eu une contrainte des honoraires et un remplacement par des forfaits, avec le regroupement comme solution imposée, en tout cas, unique. Cela a déstructuré le tissu. Il faut limiter à mon avis ces forfaits. Il y a une appétence d’accord, je le conçois, mais il ne faut pas que ça déstructure l’exercice lui-même. Il y a des règles : si vous touchez de l’argent public, il faut participer aux missions de service public. Si les revenus au forfait atteignent des niveaux qui font que vous avez moins besoin de faire de l’acte, ça a un effet négatif sur la réponse. 

 

Quelles pourraient être les solutions pour répondre aux demandes de soins dans des territoires sous-denses ? 

A court terme, il faut prendre des mesures pour que le pool de réserve qu’on a immédiatement disponible (les remplaçants et les retraités actifs) soit utilisable. Il faudrait notamment des mesures incitatives pour que les remplaçants s’installent. Avec les centres de vaccination, nous n’avons pas eu de remplaçants cet été, ils étaient trop bien rémunérés pour ces missions. Pourquoi faire plus dur, plus complet, en cabinet, pour une rémunération équivalente ? Toutes les mesures qui doivent être prises devraient inciter à l’installation. Pour les retraités actifs, la grande majorité voudrait pouvoir continuer. La situation n’est pas suffisamment incitative. Vous avez un plafond que vous ne devez pas dépasser, au risque de payer des charges sociales à un tel niveau que cela ne sert plus à rien de travailler. On est en train de refaire le zonage, mais il ne faudrait pas que ça devienne à nouveau du saupoudrage.  

 

Vous alertez également sur le développement des maisons de santé. Pour quelle raison? 

Le fait qu’il y ait une maison de santé qui aspire les professionnels qui exerçaient dans les petits patelins autour pour créer une grosse structure, cela peut nuire. A 25km aux alentours, c’est la perte de petits cabinets d’infirmières. On voit que...

15 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…