L’appel au boycott du dispositif médecin-psychologue en MSP | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

L’appel au boycott du dispositif médecin-psychologue en MSP

lien de confiance, du transfert entre le patient et le psychologue peut parfois prendre du temps, et en psychothérapie, le patient peut avoir une résistance à l’amélioration de son état psychique. Et c’est à nous de l’évaluer car nous avons les compétences d’apprécier l’avancée et le déroulé d’une psychothérapie.

Mais une fois de plus, ce n’est pas sur le terrain que surviennent les problèmes. Car les médecins généralistes sont eux-mêmes pris dans des discours globaux avec, en toile de temps, une perte de liberté par rapport à des discours gestionnaires. C’est ce qui est à l’œuvre dans le gouvernement et les ARS : il y a un discours global qui peut avoir des répercussions sur la pratique sur le terrain. Le fait de maintenir cette collaboration avec nos collègues médecins est indispensable pour avoir une prise en charge globale, et pour garantir au patient un accompagnement global psychique et organique.

 

Vous dénoncez dans votre communiqué un "risque de paramédicalisation" et la "mise sous tutelle médicale". Pourquoi ?

Les psychologues sont formés à l’université et notre origine vient des sciences humaines. C’est la raison pour laquelle nous ne sommes pas inscrits au code de la santé. Et c’est un vrai débat dans la profession, parce qu’une fois inscrits, on craint de dépendre d’une vision uniquement médicale, avec le risque que l’entité psychique soit une des sous-parties de cette prise en charge médicale alors qu’on œuvre plutôt pour la complémentarité.

On n’est pas des rééducateurs et le sens de notre métier – ce qui est inscrit dans notre code de déontologie –, c’est de reconnaitre, respecter et soutenir la personne dans sa dimension psychique globale. Ce qui nécessite un champ spécifique. Un médecin aura une vision de l’être humain en termes de symptômes à éradiquer ou rééduquer, alors que nous allons nous intéresser à la globalité des mouvements psychiques, à la relation… Ce qui ne se cote pas et ne se quantifie pas. Et parfois, ce n’est pas l’éradication d’un symptôme qui va indiquer la réussite d’une psychothérapie. Il ne suffit pas de placer un pansement tout neuf et tout beau si on n’a pas bien traité la plaie… et tout ça peut prendre du temps.

 

Comment se déroulera la mobilisation nationale ce jeudi 10 juin ?

Il y a tout d’abord une manifestation centrale devant le ministère de la Santé à 13h30 et plus d’une quinzaine mobilisations organisées sur l’ensemble du territoire**, avec notamment des demandes d’audience à l’ARS ou la préfecture. L’objectif est faire part de notre mécontentement et...

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…