Comment limiter les séquelles après un Covid-19 ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Comment limiter les séquelles après un Covid-19 ?

À la sortie du premier confinement, la MSP de Bartenheim (Haut-Rhin) a mis en place un protocole pluriprofessionnel construit avec les médecins, la nutritionniste, la psychologue et les kinés pour accompagner les patients post-Covid. Objectif : limiter le risque de dénutrition et de fonte musculaire et prendre en charge l’anxiété des patients.
 
 

Le Contexte

Covid-19, mars 2020, première vague : la ville de Mulhouse (Haut-Rhin) fait partie des premiers clusters. Un rassemblement de 2 000 personnes semble être le déclencheur d’une situation épidémique locale qui ne fera que se tendre. À une vingtaine de kilomètres de là, la petite ville française de Bartenheim (environ 4 000 habitants), située sur le territoire des trois frontières (proche de l’Allemagne et de la Suisse), se retrouve entraînée dans la tempête, et subit de plein fouet la maladie. "Pendant le pic de la crise, il y avait dans le village une ou deux hospitalisations et un décès par jour", d’après Delphine Franck, diététicienne nutritionniste à la MSP Galénus de Bartenheim.

Mais, alors que les médecins et les infirmières de ces régions sinistrées sont sur le pont à tenter de soigner, d’autres professionnels de santé se retrouvent bien malgré eux dans une situation de chômage technique. C’est le cas de Delphine Franck : "Je ne pouvais pas travailler… Avec le temps libre dont je disposais, je suivais alors tous les développements de la maladie, au fur et à mesure des connaissances qui arrivaient." Un élément concernant son domaine d’expertise émerge assez rapidement : les personnes ayant présenté des symptômes importants, hospitalisées ou non, semblent souffrir d’une perte de poids et de fonte musculaire à l’issue de la phase aiguë de la maladie. "J’ai donc travaillé pendant le confinement sur une idée de protocole de prise en charge des patients post-Covid-19, que j’ai présentée à l’équipe de la MSP", poursuit la diététicienne.

Le protocole

L’idée de départ à la création du protocole était de limiter les séquelles après le Covid-19, et notamment de ne pas entrer dans la spirale de la dénutrition (voir ci-dessous). Pour le mettre en place, deux médecins généralistes, les infirmières, la kinésithérapeute, la psychologue et la diététicienne nutritionniste ont été intégrés dans le parcours.

L’un des généralistes, remplaçant à la MSP et encore non thésé, Sylvain Orsat, s’est proposé pour réserver une journée de son emploi du temps hebdomadaire aux consultations avec les patients inclus.

 

Retrouvez la suite du protocole pluriprofessionnel sur la version numérique de Concours pluripro, le magazine de l’exercice coordonné. Pour y accéder gratuitement, communiquez votre email à l’adresse suivante : redaction@concourspluripro.fr

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…