Thomas Lilti : "Rivalité, individualisme, bachotage… Ce n'est pas la bonne façon de former les médecins" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Thomas Lilti : "Rivalité, individualisme, bachotage… Ce n'est pas la bonne façon de former les médecins"

le tourner là où j'ai fait ma première année, dans une des facs les plus symboliques : Paris-V Descartes, rue des Saints-Pères. Rien n'avait changé, à part Vigipirate et la cafétaria qui a été rénovée. Les amphis étaient les mêmes, les étudiants aussi. J'avais l'impression de me retrouver 20 ans en arrière. J'ai dû y aller au moins une dizaine de jours pour écouter les cours, observer les jeunes gens. Je suis allé les rencontrer au tutorat, à la scolarité... tout en essayant d'être assez discret, pour pas que ça se sache que j'allais faire un film.

Je me suis entouré de beaucoup d'étudiants en médecine pour préparer le film : pas des première année -ils sont obsédés par leur travail, il ne faut pas les déranger – mais des 2ème, 3ème, 4ème année. Tous les figurants que vous voyez dans le film sont des étudiants en médecine. J'ai passé beaucoup de temps avec eux.

 

Votre film est une critique de la Paces, qui ne fait qu'éliminer les candidats, parfois de façon violente : on voit d'ailleurs un étudiant qui sombre… Comment rendre la sélection plus humaine ?

Je n'ai rien inventé : les doyens le disent que c'est une boucherie pédagogique. Le film est politique, il assume la critique d'un système mais tout le monde est d'accord sur ce qui ne fonctionne pas. Quelles sont les solutions ? C'est compliqué, mais il y en a. On pourrait déjà supprimer les QCM, qui ne font que favoriser les élèves ultra-scolaires et le bachotage. Pourquoi on ne sélectionne que sur des matières scientifiques ? Pourquoi il n'y a aucune dissertation ? Pourquoi on ne demande jamais à un médecin d'écrire, de rédiger? C'est assez délirant. On nous dit que c'est trop long, trop difficile à corriger… Mais on est bien capable de le faire au bac! Pourquoi il n'y a pas d'oraux? Pourquoi on ne rencontre pas les étudiants? On méprise tant que ça les jeunes qui viennent passer leur première année de médecine? Je suis convaincu que ceux qui ont leur Paces aujourd'hui, de toute façon ils auront leur concours quelle que soit sa forme car ce sont des gens brillants. Mais c'est injuste pour tous les autres qui ratent le concours de quelques places.

Le plus grave, c'est que ce concours, ce n'est pas la bonne façon de former les médecins de demain. Il est fait de rivalité, de compétition, de bachotage, il participe à la reproduction des élites (en 2ème année, quasiment 50% des étudiants ont au moins un de leur parent qui est médecin) et est déconnecté de la pratique médicale…

On injecte dans le cerveau de ces étudiants un petit quelque chose qui risque d'abimer...

13 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…